Feasibility of rock phosphate and other amendments in preventing P deficiency in barley on a P-deficient soil in northeastern Saskatchewan.

Malhi, S.S., Vera, C.L., et Brandt, S.A. (2014). « Feasibility of rock phosphate and other amendments in preventing P deficiency in barley on a P-deficient soil in northeastern Saskatchewan. », Agricultural Sciences, 5(14), p. 1491-1500. doi : 10.4236/as.2014.514160  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans les Prairies canadiennes, les sols des exploitations biologiques ont peu de phosphore assimilable, et la seule solution consiste à utiliser des sources externes pour prévenir une carence de cet élément nutritif. Une expérience au champ de trois ans (2012 à 2014) a été lancée au printemps 2012. Elle portait sur un sol carencé en phosphore près de Kelvington, en Saskatchewan, au Canada. L’objectif était de déterminer la capacité d’amendements organiques (granulés de luzerne, compost de fumier, résidus dilués de distillation et drêche de distillerie de blé), d’amendements inorganiques (phosphate minéral granulaire, phosphate minéral fin, cendre de bois et cendre d’os) et d’inoculants et autres produits microbiens (JumpStart® et MYKE®PRO), appliqués seuls ou en combinaison avec des engrais commerciaux phosphatés et/ou azotés, de prévenir la carence en P et d’augmenter le rendement en grains de l’orge et son assimilation de P et de N. Par comparaison à la parcelle témoin, le traitement à l’azote uniquement n’a pas fait augmenter sensiblement le rendement en grains, tandis que l’application du phosphore uniquement l’a augmenté de façon significative, mais moins que l’application combinée des engrais azoté et phosphaté chacune des trois années. Le phosphate minéral n’a pas profité au rendement en grains, même lorsqu’il était appliqué avec l’engrais azoté. La cendre de bois fine a augmenté sensiblement le rendement de l’orge seulement en présence de l’engrais azoté, et le plus fort rendement a été obtenu par la combinaison des engrais azoté et phosphaté. Les granulés de luzerne ont augmenté moyennement le rendement en grains de l’orge, le compost l’a augmenté de façon significative et la drêche de distillerie de blé l’a augmenté considérablement, mais le plus fort rendement a été obtenu par les résidus dilués de distillation. Ce rendement était essentiellement le même que celui obtenu par la combinaison des engrais azoté et phosphaté. JumpStart et MykePro n’ont produit de gain aucune année. La cendre d’os a donné un léger gain en 2013. L’ajout d’engrais azoté à MykePro ou à la cendre d’os a augmenté le rendement en grains, mais le meilleur rendement a été obtenu par l’ajout combiné des engrais azoté et phosphaté, ce qui donne à croire que le phosphore n’est pas en quantité suffisante pour un rendement optimal. À de rares exceptions, la réponse de l’assimilation totale de N et de P dans la paille et les grains aux amendements étudiés a montré des tendances généralement similaires à celles du rendement en grains. En conclusion, l’amendement organique des résidus dilués de distillation a offert une nutrition équilibrée et donné un rendement et une assimilation des nutriments par l’orge similaires à ceux du traitement équilibré d’engrais azoté et phosphaté. Il était suivi de près par la drêche de distillerie de blé. Un gain moyen a été obtenu avec le compost de fumier et un certain gain avec les granulés de luzerne. Dans ce sol très carencé en phosphore, le phosphate minéral ne prévenait pas cette carence dans l’orge, tandis que la cendre de bois et la cendre d’os ont produit une augmentation moyenne du rendement, et JumpStart et MykePro, un léger gain. Les autres nutriments n’étaient pas en quantité limitative dans le sol.

Date de modification :