Feasibility of a new granular rapid release elemental S fertilizer in preventing S deficiency of canola on an S-deficient soil.

Malhi, S.S., Vera, C.L., et Brandt, S.A. (2014). « Feasibility of a new granular rapid release elemental S fertilizer in preventing S deficiency of canola on an S-deficient soil. », Agricultural Sciences, 5, p. 1025-1036. doi : 10.4236/as.2014.511111  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les travaux précédents de cette équipe de chercheurs ont révélé que les engrais granulaires à base de S élémentaire ne sont pas efficaces l’année de l’épandage et qu’ils ne sont pas toujours aussi efficaces que le S-sulfate pour ce qui est d’accroître le rendement grainier du canola les années suivantes, particulièrement lorsque l’épandage a lieu au printemps lors de l’ensemencement; ceci s’explique par la lente dispersion, à partir des granules, des particules de S élémentaire qui est ensuite oxydé en S‑sulfate. Une plantation expérimentale, établie en 2010, a permis de déterminer l’efficacité relative d’un nouvel engrais à base de S élémentaire à libération rapide (SELR, appelé Vitasul) comparativement à un engrais à base de S‑sulfate, dans diverses combinaisons de moments d’application et de modes d’épandage (appliqué à raison de 20 kg∙S∙ha−1) sur le rendement en graines et le rendement en paille, sur la teneur en huile et en protéines dans la graine, sur l’absorption de N et de S, sur la productivité partielle des facteurs (PPF - kg∙graines∙kg−1 de N appliqué∙ha−1 – à raison de 120 kg∙N∙ha−1 en pleine surface), sur l’efficacité d’utilisation de S (augmentation de l’efficacité d’utilisation de S en kg∙graines∙kg−1 de S appliqué∙ha−1) et sur le pourcentage de récupération de S appliqué dans les graines et la paille (en %) de canola durant les saisons de croissance 2011, 2012 et 2013 sur un sol loameux de type luvisol gris, pauvre en S, à Star City, en Saskatchewan. Les onze traitements comprenaient deux sources de S sous forme granulaire (SELR et sulfate de potassium) et cinq combinaisons de moments d’application et de modes d’épandage (à la volée en automne et incorporé au printemps, à la volée avant le travail du sol au printemps [à la volée et incorporé], à la volée à la prélevée au printemps, en bandes latérales au printemps et au sillon d’ensemencement au printemps), en plus d’une parcelle témoin sans application de S. On a noté, au cours des trois années, un effet important de l’épandage de S sur le rendement grainier du canola, mais cet effet variait selon la source de S et les combinaisons des moments d’application et des modes d’épandage d’une année à l’autre. Le rendement grainier a considérablement augmenté avec tous les traitements au S-sulfate comparativement à l’absence d’application d’engrais, même si le rendement des graines était généralement légèrement inférieur avec certains traitements à la volée au printemps ou à l’automne que les autres traitements au S-sulfate. Comparativement à la parcelle témoin sans application de S, le rendement grainier a aussi augmenté de manière importante dans les parcelles traitées au SLER, mais, dans de nombreux cas, l’augmentation était plus forte à l’automne qu’au printemps. Les parcelles traitées au SLER en automne avaient un rendement grainier légèrement moindre, mais le rendement grainier de celles traitées au SLER au printemps était nettement inférieur au rendement le plus élevé obtenu au printemps avec l’application de S-sulfate. En 2011, le rendement en paille a augmenté de manière importante avec l’application de S dans certains traitements, mais il n’y a eu aucun effet important de la fertilisation en S sur le rendement en paille, en 2012 et 2013. La teneur en huile des graines de canola a augmenté seulement avec l’épandage d’engrais à base de S‑sulfate en 2011, alors qu’en 2012 et en 2013, il a augmenté avec les sources de S-sulfate et de S élémentaire. Aucune des applications de S n’a eu d’effet sur la teneur en protéines des graines de canola. Les tendances des réponses de la PPF et de l’absorption de N total étaient généralement semblables au rendement grainier avec les deux sources de S, mais l’absorption de S total, l’efficacité de l’utilisation de S et le pourcentage de récupération du S étaient plus faibles avec le traitement au SLER qu’avec le S‑sulfate dans de nombreux cas, sinon la plupart. En conclusion, les résultats semblent indiquer que l’épandage à la volée de SLER à la prélevée au printemps ou l’épandage à la volée de SLER en automne puissent prévenir une carence en S dans le canola hybride, bien que les rendements grainiers soient demeurés légèrement inférieurs au meilleur rendement obtenu avec le traitement idéal qui consiste en un épandage de S‑sulfate, à la volée et incorporé, au printemps.

Date de modification :