Projecting yield changes of spring wheat under future climate scenarios on the Canadian Prairies.

Qian, B., DeJong, R., Huffman, E.C., Wang, H., et Yang, J.Y. (2015). « Projecting yield changes of spring wheat under future climate scenarios on the Canadian Prairies. », Theoretical and applied climatology. doi : 10.1007/s00704-015-1378-1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les effets possibles de l’augmentation des concentrations atmosphériques de CO2 et des changements climatiques connexes sur la productivité agricole doivent faire l’objet d’une évaluation. De plus, les modèles de rendement des cultures ont besoin de scénarios climatiques futurs pour projeter les effets de l’évolution du climat sur le rendement des cultures. Il est généralement admis que la réduction d’échelle des données climatiques est nécessaire pour combler les lacunes entre les modèles de climat du globe (MCG) et les modèles des effets des changements climatiques à grande échelle, par exemple les modèles de croissance des cultures. Les modèles de climat régional (MCR) sont souvent utilisés pour réduire, par la méthode dynamique, les simulations des MCG à des échelles régionales inférieures, tandis que les méthodes statistiques, telles que les fonctions de transfert fondées sur la méthode de régression et les générateurs stochastiques de conditions météorologiques, sont aussi beaucoup utilisées pour élaborer des scénarios de climat futur. Les méthodes d’élaboration de ces scénarios contribuent souvent à accroître les incertitudes associées aux effets projetés des changements climatiques, en plus de celles associées aux MCG et aux scénarios de forçage. Dans le cadre du North American Regional Climate Change Assessment Program (NARCCAP), nous avons intégré au modèle CERES-Blé du DSSAT des scénarios climatiques générés par des MCR à la fine pointe de la technologie et des scénarios climatiques issus de générateurs stochastiques de conditions météorologiques fondés sur les simulations des changements climatiques des MCG directeurs, et ce, afin de projeter les changements qui toucheraient le rendement du blé de printemps dans les Prairies canadiennes. L’horizon de 2041–2070 et la période de référence de 1971–2000 ont été pris en compte. Les changements projetés se traduiraient par une augmentation moyenne de 26 à 37 % du rendement de base en tenant compte des effets des concentrations élevées de CO2, mais d’au plus 15 % seulement dans les scénarios où les effets des concentrations élevées de CO2 n’interviennent pas. En plus de leur application éventuelle à l’évaluation des effets des changements climatiques, les résultats ont également révélé une certaine constance dans les changements simulés du rendement des cultures par rapport aux moyennes régionales, que les scénarios de climat futur aient été issus des MCR ou qu’ils aient été produits par un générateur stochastique de conditions météorologiques fondé sur les simulations des changements climatiques des MCG utilisés pour exécuter les MCR, dans le cas qui nous occupe.

Date de modification :