Incidence de la protection à long terme contre la paissance sur l'expression phénotypique des peuplements de fétuque des prés géographiquement séparés.

Thompson, D.J. et Willms, W.D. (2014). « Incidence de la protection à long terme contre la paissance sur l'expression phénotypique des peuplements de fétuque des prés géographiquement séparés. », Canadian Journal of Plant Science, 94(1), p. 33-39. doi : 10.4141/cjps2013-181  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Que la paissance occasionnelle ou la protection prolongée contre la paissance modifient la composition génétique des peuplements de graminées fait l'objet d'une controverse. On a choisi la fétuque des prés [(Festuca campestris (Rydb.)], espèce très sensible à la paissance estivale et qui devient dominante dans les peuplements protégés à long terme, pour répondre à cette question. Les plants venant de trois sites (Stavely en Alberta, Milroy, dans la tranchée des Kootenay, en Colombie-Britannique, et Goose L., sur le plateau intérieur de la C.-B.), dont le passé divergeait sur le plan de la paissance, ont été multipliés de façon végétative à partir des talles. Les descendants femelles ont été repiqués dans deux pépinières sur le terrain (à Kamloops, en C.-B., et à Stavely, en Alberta), puis on a relevé leurs caractéristiques morphologiques deux périodes végétatives après l’établissement. Les plants des trois peuplements poussaient plus haut, fleurissaient plus tôt et produisaient davantage à la pépinière de Kamloops. Sur les trois origines géographiques, les plants de Goose L. se sont avérés les plus distincts, avec des feuilles plus étroites, une floraison plus tardive et un rendement supérieur. Les plants broutés depuis longtemps se caractérisaient par des feuilles et des talles fertiles légèrement plus courts que les plants qui avaient bénéficié d'une longue protection.

Date de modification :