Lien entre les paramètres de germination de l'astragale prostré et le stade de succession dans la zone intérieure du douglas de Menzies.

Thompson, D.J. (2014). « Lien entre les paramètres de germination de l'astragale prostré et le stade de succession dans la zone intérieure du douglas de Menzies. », Canadian Journal of Plant Science, 94(4), p. 723-726. doi : 10.4141/cjps2013-336  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On a étudié la germination des graines d'astragale prostré (Astragalus miser var. serotinus) pour déterminer si l'espèce se développe au début ou à la fin des stades de succession. Des semences ont été glanées dans un peuplement naturel et celles dotées de téguments foncés ont été retenues. Les essais de germination se sont déroulés à la lumière ou dans l'obscurité, ainsi qu’à trois régimes de température : basse (10 °C constants), élevée (25 °C constants) et variable (25 °C le jour et 10 °C la nuit). La levée s’étend sur une période prolongée, de nouvelles plantes germant pendant jusqu’à 90 jours à la température la plus basse. La germination n'est pas affectée par la lumière. Le taux de levée est plus important à 25 °C qu’à 10 °C, et la fluctuation des températures (25 et 10 °C en alternance aux 12 heures) abaisse le taux de levée à celui enregistré à la température la plus faible. Le nombre de jours écoulés jusqu’à 50 % de germination s'avère un indice plus sensible, la moyenne obtenue avec la température variable se situant entre celles relevées avec les températures constantes (élevée et basse). Le pourcentage final de germination était plus faible à 10 °C, comparativement à celui observé à 25 °C, mais est resté le même pour les températures fluctuantes. La germination de l'astragale prostré ne réagit pas à la lumière ni à la variation des températures, ce qui ajoute du poids aux preuves indiquant qu'il s'agit d'une espèce se manifestant à la fin des stades de succession.

Date de modification :