Effect of prepartal and postpartal dietary fat level on performance and plasma concentration of metabolites in transition dairy cows.

Karimian, M., Khorvash, M., Forouzmand, M.A., Alikhani, M., Rahmani, H.R., Ghaffari, M.H., et Petit, H.V. (2015). « Effect of prepartal and postpartal dietary fat level on performance and plasma concentration of metabolites in transition dairy cows. », Journal of Dairy Science (JDS), 98(1), p. 330-337. doi : 10.3168/jds.2013-7577  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Cette étude visait à déterminer les effets de deux concentrations (faible et élevée) de matières grasses alimentaires offertes pendant les périodes précédant et suivant le vêlage sur la consommation de matière sèche (MS), la concentration plasmatique des métabolites, le rendement en lait et la composition de celui-ci. Au vingt et unième jour précédant la date de vêlage prévue, vingt-quatre vaches Holstein ont été réparties dans quatre groupes de traitement selon un plan factoriel de 2 × 2 avec 2 concentrations de matières grasses offertes avant le vêlage et deux, administrées après le vêlage : faible concentration de matières grasses avant le vêlage et faible concentration de matières grasses après le vêlage (FaV-FaP); faible concentration de matières grasses avant le vêlage et concentration élevée de matières grasses après le vêlage (FaV-ÉaP); concentration élevée de matières grasses avant le vêlage et faible concentration de matières grasses après le vêlage (ÉaV-FaP); concentration élevée de matières grasses avant le vêlage et concentration élevée de matières grasses après le vêlage (ÉaV-ÉaP). Les rations à faible concentration de matières grasses offertes avant et après le vêlage ne contenaient pas de supplément de matières grasses. Les rations à concentration élevée de matières grasses offertes avant le vêlage contenaient 1,60 % de sels de calcium d’huile de soja. La proportion de sels de calcium d’huile de soja a été augmentée à 1,70 % de la MS au cours des 21 premiers jours de lactation, puis à 2,27 % de la MS du jour 21 de lactation au jour 56 dans les rations à teneur élevée en matières grasses. Les rations ont été offertes à volonté du jour 21 précédant le vêlage jusqu’au jour 56 de gestation. La consommation de MS avant le vêlage était plus faible chez les vaches qui recevaient la ration à teneur élevée en matières grasses que chez celles qui recevaient la ration à faible teneur en matières grasses (12,6 vs 16,2 kg/jour). Après le vêlage, les vaches recevant les rations ÉaV-ÉaP et ÉaV-FaP sont celles chez lesquelles la consommation de MS était respectivement la plus faible et la plus élevée, bien qu’il n’y ait pas de différence significative entre les deux types de rations. La consommation d’énergie nette était plus élevée chez les vaches qui ont reçu la ration ÉaP que chez celles qui ont reçu la ration FaP. La quantité de matières grasses offerte dans la ration avant le vêlage n’a pas eu d’effet sur la consommation d’énergie nette. Les vaches qui ont reçu la ration ÉaV ont eu un meilleur rendement en lait quand elles ont reçu la ration FaP comparativement à celles qui ont reçu la ration ÉaP. Par ailleurs, nous n’avons observé aucun effet de la concentration de matières grasses offerte après le vêlage chez les vaches qui avaient reçu la ration FaV. La composition du lait était semblable quel que soit le traitement. La concentration de cholestérol plasmatique après le vêlage était plus élevée chez les vaches qui avaient reçu la ration FaV que chez celles qui avaient reçu la ration ÉaV (5,16 vs 3,74 mmol/L), et la concentration de matières grasses offerte après le vêlage n’a pas eu d’effet sur ce paramètre. La ration offerte avant le vêlage n’a pas eu d’effet significatif sur la concentration plasmatique des triglycérides après le vêlage, mais la ration ÉaP a donné lieu à une augmentation de la concentration des triglycérides et de la concentration des lipoprotéines de faible densité comparativement à la ration FaP. En conclusion, l’administration d’une faible proportion de matières grasses alimentaires après le vêlage pourrait atténuer les incidences négatives des rations à teneur élevée en matières grasses offertes avant le vêlage, comme en témoignent la prise alimentaire accrue et la production de lait au cours des 56 premiers jours de lactation.

Date de modification :