The response of grassland productivity, soil carbon content and soil respiration rates to different grazing regimes in desert steppe in Northern China.

Hou, X.-Y., Wang, Z., Schellenberg, M.P., Ji, L., et Yun, X. (2014). « The response of grassland productivity, soil carbon content and soil respiration rates to different grazing regimes in desert steppe in Northern China. », Rangeland Journal, 36(6), p. 573-582.

Résumé

La respiration du sol est un facteur important de perte de carbone organique dans les écosystèmes arides. En 2010 et 2012, nous avons réalisé une expérience sur le terrain visant à comparer les effets du pâturage continu, du pâturage en rotation et de l’absence de pâturage sur la végétation de la steppe désertique, dans le nord de la Chine. La saison de croissance a été relativement sèche en 2010, alors qu’elle a été relativement humide en 2012. Selon nos résultats, durant les deux saisons, le traitement sans pâturage était associé au taux moyen de respiration du sol le plus élevé. Par rapport au traitement sans pâturage, le taux de respiration du sol était de 23,0 % moins élevé dans le cas du pâturage continu et de 14,1 % moins élevé dans le cas du pâturage en rotation saisonnière. Durant les deux années de l’étude, le taux de respiration du sol a augmenté de façon linéaire avec l’augmentation de la teneur en eau du sol déterminée par méthode gravimétrique, avec la productivité aérienne primaire nette, avec la productivité souterraine primaire nette et avec les teneurs du sol en carbone et en azote, tandis qu’une corrélation négative a été observée entre le taux de respiration du sol et la température du sol. En outre, dans le cas du pâturage continu et du pâturage en rotation saisonnière, nous avons observé une diminution significative du taux de respiration du sol au cours de la saison sèche, mais nous n’avons pas relevé de différence significative au cours de la saison humide. Durant la saison humide, nous n’avons pas observé de différence significative entre les traitements de pâturage quant au taux de respiration du sol. Les régimes saisonniers de précipitations ont eu des répercussions importantes sur la variation temporelle du taux de respiration du sol et sur l’effet des différents traitements de pâturage. Nos résultats montrent qu’il existe un lien important entre certains facteurs abiotiques (température du sol, teneur en eau du sol déterminée par méthode gravimétrique ainsi que teneurs du sol en carbone et en azote) et biotiques (productivité aérienne primaire nette, productivité souterraine primaire nette et masse de la litière) et les effets des régimes de pâturage sur la respiration du sol.

Date de modification :