Potential for improving sulfur tests on agricultural soils in contrasting ecoregions of British Columbia, Canada.

Kowalenko, C.G., Bittman, S., Neilsen, G.H., Kenney, E., Hunt, D.E., et Neilsen, D. (2014). « Potential for improving sulfur tests on agricultural soils in contrasting ecoregions of British Columbia, Canada. », Geoderma Regional, 1(C), p. 10-20. doi : 10.1016/j.geodrs.2014.06.001  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On s’intéresse de plus en plus à la mise au point d’extractions universelles multi-éléments afin de rationaliser les analyses de nutriments du sol. Dans cette optique, le soufre (S) a toutefois été peu étudié. Nous avons mesuré le S extractible dans des échantillons de sol prélevés à trois profondeurs (0–15, 15­30 et 30–60 cm) dans 109 champs situés dans deux écorégions de la Colombie-Britannique très différentes l’une de l’autre mais faisant toutes deux l’objet d’une culture intensive. Notre objectif était d’approfondir les connaissances sur les facteurs chimiques et autres ayant une incidence sur l’interprétation des analyses de la disponibilité des nutriments pour les plantes. Les valeurs obtenues pour le S extractible au moyen de l’analyse de sol multi-éléments Kelowna allaient de « carence possible » à « concentration potentiellement excessive ou toxique » (1 à 4 571 mg kg-1) pour les plantes. Des sols ayant une teneur très élevée en S extractible ont été trouvés dans les deux écorégions, mais les causes de ces concentrations élevées étaient différentes. Dans l’écorégion humide, les sols à teneur élevée en S étaient acides (pH < 5), ce qui est habituellement le cas des sols acides contenant des sulfates. Dans l’écorégion aride, les sols renfermant de grandes concentrations de S avaient un pH élevé (> 7,5), habituellement associé aux sols gypsifères. Les teneurs en S extractible mesurées sous la surface à l’aide de la solution Kelowna étaient parfois supérieures ou inférieures aux teneurs mesurées en surface, ce qui a d’importantes répercussions sur l’interprétation des analyses de sol lorsque l’échantillonnage n’est fait qu’en surface. La comparaison des extractions réalisées au moyen des diverses solutions utilisées pour les analyses de sol multi-éléments a indiqué que le S provenait de différents pools. Par rapport aux solutions d’acétate d’ammonium et de bicarbonate, les solutions Kelowna et Mehlich-3 de même que l’eau ont généralement permis d’extraire le S provenant de pools différents. Il se pourrait donc qu’on doive utiliser des solutions d’extraction différentes pour différents types de sol afin d’estimer le S disponible pour les plantes, à moins que d’autres paramètres du sol (p. ex., pH, teneur en cations) permettent d’apporter les ajustements nécessaires. Le pH du sol a eu une incidence sur l’extraction des différents pools de S du sol. Les données étaient cohérentes, les sols acides (pH < 6) étant davantage capables d’adsorber ou de lier le sulfate. L’eau a permis d’extraire le S organique et le S inorganique. La détermination des quantités des diverses formes de S (organique, inorganique, lié, non liée) dans différents extraits pourrait faciliter l’interprétation des mesures à des fins pédologiques et agronomiques.

Date de modification :