Homocysteine metabolism, growth performance, and immune responses in suckling and weanling piglets.

Audet, I., Girard, C.L., Lessard, M., Lo Verso, L., Beaudoin, F., et Matte, J.J. (2015). « Homocysteine metabolism, growth performance, and immune responses in suckling and weanling piglets. », Journal of Animal Science, 93(1), p. 147-157. doi : 10.2527/jas.2014-7872  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’homocystéine (Hcy), un acide aminé soufré intermédiaire, est connue pour son pouvoir pro-oxydant et ses effets nocifs sur les fonctions physiologique et immunitaire. Chez les porcelets, on note une augmentation marquée (10 fois) des concentrations plasmatiques d’homocystéine au cours des deux premières semaines de vie. Notre projet visait à maximiser, chez les truies et les porcelets, les variations d’homocystéine plasmatique dans la plage des valeurs physiologiques avec des approvisionnements normaux en folates et en vitamine B12 (B12). Nous avons examiné la croissance, la réponse immunitaire et le métabolisme de l’homocystéine chez des porcelets jusqu’à l’âge de 56 jours. Nous avons réparti des truies de troisième parité selon un plan factoriel divisé 2 × 2 avec 2 traitements alimentaires (T) pendant la gestation et la lactation, T- (1 mg/kg de folates et 20 μg/kg de B12, n = 15) ou T+ (10 fois les valeurs de S-, n = 16), et 2 traitements pour les porcelets (P) de chaque moitié de portée : injections i.m. (150 μg) de B12 (P+) aux jours 1 et 21 (sevrage) ou saline (P-). Dans chaque portée de 12 porcelets, 3 P+ et 3 P- ont été étudiés en termes de croissance et de métabolisme de l’homocystéine, alors que les autres ont été étudiés en termes des réponses immunitaires. Pendant la lactation, la concentration plasmatique de B12 a diminué et a été temporairement plus élevée chez les porcelets T+ que chez les T- au jour 1 de même que chez les P+ par rapport aux P- au jour 7 (T × âge et P × âge, p < 0,05). De l’âge de 14 jours à 21 jours, la concentration plasmatique d’homocystéine était de 33 % inférieure chez les porcelets T+P+ comparativement aux T-P- (interaction T × P, p < 0,05). À 56 jours, la concentration de B12 dans le foie était plus élevée et la concentration d’homocystéine dans le plasma, plus faible chez les porcelets P+ que chez les P- (p < 0,05). Aucun effet du traitement n’a été observé sur la croissance, sauf en ce qui a trait au rapport gain pondéral:consommation alimentaire plus faible après le sevrage chez les porcelets T+P- que chez les autres (interaction T × P, p < 0,05). Nous avons constaté une corrélation positive entre la concentration d’homocystéine plasmatique et la croissance (r > 0,29, p < 0,05) tant avant qu’après le sevrage. Les traitements n’ont pas influé sur la production d’anticorps contre l’ovalbumine et le facteur sérique de nécrose tumorale α, mais la concentration sérique d’IL-8 a connu un pic plus tôt après le sevrage des porcelets T-P- que chez les T+P+ (P × âge; interaction T × P, p < 0,05). La prolifération des lymphocytes en réponse à la concanavaline A motigène a eu tendance à être plus faible dans le milieu de culture enrichi du sérum de porcelets T- que dans celui enrichi du sérum de porcelets T+ (p = 0,081) et P- que dans celui des porcelets P+ (p = 0,098). Par ailleurs, la réduction de la réponse immunitaire a été plus marquée (p < 0,05) avec la quantité élevée d’homocystéine plasmatique (> 21 μM) quavec la quantité intermédiaire (17 - 21 µM) ou faible (< 17 µM). En conclusion, les suppléments vitaminiques administrés aux truies et/ou aux porcelets ont fait varier la concentration d’homocystéine plasmatique sans que cette dernière ne semble nuire à la performance de croissance des porcelets. La concentration plus élevée d’homocystéine dans la plasma des porcelets T- et/ou P- a eu une incidence négative sur certains indicateurs de la réponse immunitaire laissant supposer que ces jeunes animaux pourraient être plus fragiles sur le plan immunologique.

Date de modification :