Spatial distributions of soil chemical and physical properties prior to planting soybean in soil under ridge-, no- and conventional- tillage in a maize-soybean rotation.

Fan, R.-Q., Yang, X.M., Drury, C.F., Reynolds, W.D., et Zhang, X.-P. (2014). « Spatial distributions of soil chemical and physical properties prior to planting soybean in soil under ridge-, no- and conventional- tillage in a maize-soybean rotation. », Soil Use and Management, 30(3), p. 414-442. doi : 10.1111/sum.12136  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Durant la période d’ensemencement, il peut être utile de recueillir des renseignements détaillés sur la répartition des propriétés du sol importantes sur le plan agronomique, pour déterminer le régime de travail du sol le plus approprié. En mai 2012 (avant un ensemencement de soja), nous avons prélevé des carottes de sol (0–60 cm) le long de transects, sur loam argileux de type Brookston (Argiaquoll typique mésique), dans un champ ayant servi à une étude de 30 ans sur les effets de la culture sans labour (NT), du labour sur billon (RT) et du labour à la charrue à versoirs (MP). Nous avons prélevé une carotte de sol tous les 19 cm dans trois anciens rangs de maïs et avons utilisé ces carottes pour évaluer la concentration en carbone organique, le pH, la conductivité électrique, la teneur volumétrique en eau, la densité apparente et la résistance à la pénétration dans les profils latéral et vertical du sol. Comparativement aux traitements NT et MP, le traitement RT a entraîné une hétérogénéité verticale des propriétés du sol le long des transects. Dans la couche de 0-10 cm, nous avons mesuré des concentrations moyennes en carbone organique significativement plus élevées avec le traitement RT qu’avec les traitements NT et MP (P = 0,05). Dans la couche de 0-30 cm, la teneur en eau était respectivement de 0,8 % et 2,5 % (vol/vol) plus élevée avec le traitement NT qu’avec les traitements RT et MP. Dans la couche labourée, nous avons observé une résistance à la pénétration et une densité apparente plus faibles avec le traitement MP qu’avec les traitements NT et RT et avons constaté que ces deux propriétés augmentaient de façon abrupte avec l’augmentation de la profondeur dans le cas du traitement MP. Dans la couche de 0-35 cm du rang cultivé, la résistance à la pénétration était plus faible avec le traitement RT qu’avec le traitement NT. Dans l’ensemble, sur le loam argileux utilisé dans le cadre de l’étude, le traitement RT constituait une meilleure méthode anti-érosive que le traitement NT; cependant, dans les couches superficielles du sol, nous avons obtenu avec le traitement MP les conditions les plus favorables aux premiers stades du développement des plantes.

Date de modification :