The use of compost as a preplant amendment to minimize impacts of parasitic nematodes and improve soil health and early establishment of red raspberry.

Forge, T.A., Hashimoto, N., Neilsen, D., Kenney, E., et Zebarth, B.J. (2015). « The use of compost as a preplant amendment to minimize impacts of parasitic nematodes and improve soil health and early establishment of red raspberry. », Acta Horticulturae (ISHS), 1076, p. 225-232. doi : 10.17660/ActaHortic.2015.1076.26  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans le Nord-Ouest du Pacifique, aux États-Unis et en Colombie-Britannique, on prépare souvent les framboiseraies en vue d’une replantation en procédant à la fumigation de biocides à large spectre pour lutter contre les nématodes des racines (Pratylenchus penetrans). La fumigation présente toutefois des risques pour l’environnement. Notre étude visait à établir d’autres pratiques de gestion du sol pouvant être utilisées avant la plantation afin de réduire les effets des nématodes phytoparasites, d’améliorer la santé de l’écosystème du sol et de favoriser l’établissement des framboisiers, tout cela sans nuire à l’environnement. Durant les automnes 2009 et 2010, une partie d’une framboiseraie mature a été fauchée, labourée, travaillée au moyen d’un pulvériseur et subdivisée en 30 parcelles. Cinq parcelles répétées ont ensuite été affectées de manière aléatoire aux traitements suivants : (1) fumigation, (2) culture de couverture d’orge d’automne, (3) incorporation au printemps de fumier de volaille à raison de (3) 20 m3 ha-1 et (4) 250 m3 ha-1, (5) incorporation de compost à raison de 250 m3 ha-1 et (6) parcelle témoin non amendée. Le framboisier ‘Saanich’ a été planté dans les parcelles environ un mois après l’incorporation des amendements. Nous avons prélevé à plusieurs reprises des échantillons de sol composites dans chaque parcelle au cours des deux saisons de culture subséquentes et nous les avons analysés afin de déterminer les populations de nématodes ainsi que les propriétés chimiques et physiques du sol. Nous avons évalué la biomasse des tiges fructifères de l’année à la fin de chacune des deux premières saisons de culture. Les traitements comportant l’application d’une dose élevée de fumier de volaille et l’application de compost ont donné des résultats presque aussi bons que ceux obtenus avec la fumigation pour ce qui est de la suppression des populations de nématodes des racines au cours des deux saisons de culture, et la production de tiges fructifères de l’année pour ces deux traitements a été supérieure à celles du traitement témoin et du traitement avec culture de couverture, mais inférieure à celle du traitement avec fumigation. Des quantités considérables de nitrate se sont accumulées dans le sol amendé au moyen d’une dose élevée de fumier, ce qui indique que l’utilisation de fumier à des taux suffisamment élevés pour permettre la suppression des nématodes phytoparasites entraînerait un risque important de lessivage du nitrate. En revanche, l’accumulation de nitrate dans les parcelles amendées au moyen de compost ne différait pas de manière significative de celle observée pour les autres traitements.

Date de modification :