Une revue de l’ajout de nitrate dans l’alimentation des ruminants : Toxicité aux nitrates, émissions de méthane et performance de production.

Lee, C. et Beauchemin, K.A. (2014). « Une revue de l’ajout de nitrate dans l’alimentation des ruminants : Toxicité aux nitrates, émissions de méthane et performance de production. », Canadian Journal of Animal Science, 94(4), p. 557-570.

Résumé

Le but de cette revue est de discuter les risques et avantages de l'utilisation de suppléments de nitrate pour réduire les émissions entériques de méthane chez les ruminants selon les résultats d'une méta-analyse. La méta-analyse confirme un empoisonnement possible au nitrate provoqué par de plus hauts taux sanguins de méthémoglobine avec une consommation croissante de nitrate chez les ruminants: méthémoglobine (%)=41,3×nitrate [g kg1 poids corporel (BW − «body weight») jour1]+1,2; R 2=0,76; P<0,001. Par contre, acclimater les animaux au nitrate a réduit leur toxicité: méthémoglobine (%)=4,2×nitrate (g kg1 BW jour1)+0,4; R 2=0,76; P=0,002. Les animaux ayant reçu des suppléments de nitrate avaient des niveaux réduits d’émissions entériques de méthane selon une relation dose-effet: méthane [g kg1 consommation de matières sèches (DMI – «dry matter intake»)]=−8,3×nitrate (g kg1 BW jour1)+15,2; R 2=0,80; P<0,001. La réduction d’émissions entériques de méthane imputable à l'ajout de nitrate était efficace et consistante dans les études in vitro et in vivo et persistait lors de plusieurs études à longue échéance. Le nitrate n'a pas eu d'effet sur la DMI et le gain de poids vif (LWG – «live weight gain») des bovins: changement de DMI, R 2=0,007; P=0,65; changement de LWG; R 2=0,03; P=0,31. Il faut anticiper que l'ajout de nitrate comme substitut pour l'urée peut résulter en un changement de la composition d'azote urinaire de façon à augmenter les émissions d'ammoniac et d'oxyde de diazote provenant du fumier. De plus, l'ajout de nitrate peut avoir différents rôles physiologiques dans le métabolisme du monoxyde d'azote chez les ruminants. En conclusion, l'ajout de nitrate est une façon viable de mitiger les émissions entériques de méthane vu son efficacité consistante et persistante. Les risques de toxicité peuvent être réduits en acclimatant graduellement les animaux au nitrate. Par contre, une production réduite de méthane pourrait ne pas rediriger l’énergie métabolisable additionnelle vers la production animale.

Date de modification :