The effects of feeding 3-nitrooxypropanol on methane emissions and productivity of Holstein cows in mid lactation.

Haisan, J., Sun, Y., Guan, L.L., Beauchemin, K.A., Iwaasa, A.D., Duval, S., Barreda, D.R., et Oba, M. (2014). « The effects of feeding 3-nitrooxypropanol on methane emissions and productivity of Holstein cows in mid lactation. », Journal of Dairy Science (JDS), 97(5), p. 3110-3119. doi : 10.3168/jds.2013-7834  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’objectif de la présente étude était de déterminer les effets de l’ajout de 3-nitrooxypropanol au régime alimentaire de vaches Holstein en lactation sur les émissions de méthane, la fermentation du rumen, le profil microbien ruminal et la production laitière. Douze vaches Holstein à hublot en lactation ont été utilisées dans une étude reposant sur un plan de recherche croisé sur des périodes de 28 jours. Les vaches ont reçu une alimentation contenant 38 % de fourrage en pourcentage de la matière sèche avec soit 2 500 mg/j de 3-nitrooxypropanol (reçu à raison de 25 g de 3-nitrooxypropanol à 10 % sur dioxyde de silicium) soit 25 g/j de dioxyde de silicium (groupe témoin). Après une période d’adaptation alimentaire de 21 jours, l’ingestion de matière sèche (IMS) et la production laitière ont été contrôlées quotidiennement. Le jus et le digesta du rumen ont été prélevés aux jours 22 et 28 aux fins de l’analyse des acides gras volatils et du profilage microbien. Les émissions de méthane entérique ont été mesurées du jour 23 à 27 au moyen d’un gaz traceur, l’hexafluorure de soufre. L’alimentation au 3-nitrooxypropanol n’a pas eu d’incidence sur l’IMS; toutefois, la production de méthane est passée de 17,8 à 7,18 g/kg de matière sèche ingérée. Aucun changement touchant les rendements en lait ou en composants du lait n’a été constaté, mais les vaches nourries au 3-nitrooxypropanol ont gagné plus de poids corporel que les vaches du groupe témoin (1,06 vs 0,39 kg/j). Les concentrations d’acides gras volatils totaux dans le jus du rumen n’ont pas été modifiées par le traitement, mais on a constaté une réduction de la proportion d’acétate et une tendance à la hausse de la proportion de propionate. En conséquence, on a observé une réduction du ratio acétate/propionate (2,02 vs 2,36). Les comptes de protozoaires n’ont pas été modifiés par le traitement; toutefois, on a observé une réduction du nombre de copies du gène méthanogène lorsque les vaches ont été nourries au 3-nitrooxypropanol (0,95 vs 2,69 × 108/g du digesta du rumen). Les données ont montré que le fait de nourrir des vaches laitières en lactation au 3-nitrooxypropanol à raison de 2 500 mg/j peut réduire les émissions de méthane sans compromettre la production laitière ou l’IMS.

Date de modification :