Infrared thermography detects febrile and behavioural responses to vaccination of weaned piglets.

Cook, N.J., Chabot, B., Lui, T., Bench, C.J., et Schaefer, A.L. (2015). « Infrared thermography detects febrile and behavioural responses to vaccination of weaned piglets. », Animal, 9(2), p. 339-346. doi : 10.1017/S1751731114002481  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Un système non invasif automatisé de suivi de la thermorégulation pourrait contribuer à atténuer l’incidence des maladies du porc en permettant une détection plus précoce de celles-ci. La mesure de température rayonnée de groupes d’animaux par thermographie infrarouge (TIR) est une composante essentielle d’un tel système. La présente étude porte sur la possibilité d’utiliser la surveillance de la température rayonnée de groupes d’animaux en tant que biomarqueur de la réponse immunitaire à la vaccination comme modèle pour les maladies fébriles. Dans l’étude A, des porcelets sevrés ont soit reçu un vaccin intramusculaire (FarrowSure Gold), soit une injection de solution saline à 0,9 %, tandis que d’autres n’ont rien reçu pour servir de témoins. Une caméra thermique infrarouge (FLIR A320), fixée au plafond juste au-dessus de l’enclos des animaux, a enregistré des images infrarouges des groupes de traitement toutes les 5 minutes. L’effet de la distribution spatiale des porcs dans l’enclos sur la température a été important, les températures les plus élevées étant enregistrées lorsque les porcs étaient rassemblés en un seul groupe. Une fréquence plus élevée du comportement de rassemblement a été observée chez les sujets vaccinés comparativement aux témoins pendant une période de l’après-midi suivant la vaccination (~4 à 7 h). La moyenne quotidienne de la température maximale relevée par la caméra était significativement plus élevée chez les sujets vaccinés comparativement aux sujets témoins et aux sujets ayant reçu la solution saline. Dans le groupe vacciné, la température maximale moyenne sur 24 h était significativement plus élevée pendant la période post-vaccinatoire, comparativement à la période de 24 heures précédant la vaccination. L’augmentation de la température chez les sujets vaccinés a commencé au bout d’environ 3 h, a culminé au bout d’environ 10 h et est demeurée élevée jusqu’à 20 h après la vaccination. Dans l’étude B, l’effet de la prévalence a été vérifié en fonction de la différence de température maximale entre les jours témoins et les jours de vaccination. Une réaction thermique à la vaccination a été détectée dans un enclos contenant de 24 à 26 sujets lorsque <10 % des porcs avaient été vaccinés. Les résultats indiquent que la mesure de la température rayonnée par IRT dans des groupes d’animaux peut servir au dépistage des maladies fébriles dans les porcheries.

Date de modification :