Mise à l’échelle régionale des modèles du rendement des cultures : étude de cas avec le DSSAT pour le blé de printemps cultivé dans les Prairies canadiennes.

Huffman, E.C., Qian, B., DeJong, R., Liu, J., Wang, H., McConkey, B.G., Brierley, J.A., et Yang, J.Y. (2015). « Mise à l’échelle régionale des modèles du rendement des cultures : étude de cas avec le DSSAT pour le blé de printemps cultivé dans les Prairies canadiennes. », Canadian Journal of Soil Science, 95(1), p. 49-61. doi : 10.4141/cjss-2014-076  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On recourt souvent aux modèles agricoles dynamiques à l’échelle de la parcelle ou du champ. Toutefois, une mise à l’échelle s'impose quand on utilise les modèles articulés sur les processus pour des applications régionales comme la prévision du rendement des cultures ou l’évaluation de l'impact du changement climatique sur la productivité des cultures dans une région. Les modèles agricoles dynamiques ont souvent besoin de données détaillées sur le climat, le sol et les pratiques agronomiques. C'est pourquoi leur fiabilité diminue à l’échelon régional, l'incertitude des résultats de la simulation pouvant s'accroître avec les incertitudes associées aux données saisies. Dans le cadre de cette étude, les auteurs ont modélisé le rendement du blé de printemps au niveau de nombreux sols individuels en recourant au modèle CERES du blé dans le système d'aide à la prise de décisions pour le transfert des technologies agricoles (DSSAT). Ils ont ensuite agrégé les rendements simulés sur différents sols avec les régions pour lesquelles le rendement agricole avait été rapporté. La comparaison des rendements agrégés aux rendements réels a permis d’établir si les modèles agricoles dynamiques pourraient s'appliquer aux sols individuels d'une région en vue de simuler le rendement régional des cultures. Les rendements simulés agrégés par région concordent de manière raisonnable avec les données réelles, le coefficient de corrélation s’établissant à 0,71 et l’écart-type, à 266 kg ha-1(à savoir, 15 % du rendement moyen) pour 40 régions des Prairies canadiennes. De ces résultats on conclut que l'agrégation des rendements simulés pour les sols individuels d'un modèle agricole donne une estimation fiable du rendement régional des cultures. Cette approche pourrait donc avoir son utilité pour évaluer l'impact des changements climatiques sur la productivité des cultures dans une région à partir de modèles agricoles.

Date de modification :