Environmental impact of glyphosate-resistant weeds in Canada.

Beckie, H.J., Sikkema, P.H., Soltani, N., Blackshaw, R.E., et Johnson, E.N. (2014). « Environmental impact of glyphosate-resistant weeds in Canada. », Weed Science, 62(2), p. 385-392. doi : 10.1614/WS-D-13-00093.1  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La présence de grande herbe à poux, de vergerette du Canada et de petite herbe à poux résistants au glyphosate a été confirmée dans le sud-ouest de l’Ontario (Canada) en 2008, 2010 et 2011, respectivement. Dans les provinces de l’Alberta et de la Saskatchewan, dans les Prairies, du kochia à balais résistant au glyphosate (et résistant à l’inhibiteur de l’acétolactate synthétase) a été découvert en 2011. Le présent article, présenté lors d’un symposium, porte sur l’impact environnemental des principaux traitements herbicides ou programmes utilisés pour lutter contre ces espèces de mauvaises herbes résistantes au glyphosate dans les grandes cultures de chaque région. Pour chaque traitement herbicide, l’impact environnemental (par ha) a été calculé en tant que quotient d’impact environnemental (QIE). Ce quotient correspond au risque potentiel relatif des matières actives de pesticide pour la santé humaine et écologique, établi en fonction des éléments de risque pour les travailleurs agricoles, les consommateurs et l’environnement, multiplié par le taux d’application (kg m.a. ha1). L’impact environnemental total est défini par l’impact environnemental (par ha) multiplié par la superficie de la zone d’application (superficie de terrain recouverte par une mauvaise herbe résistante au glyphosate). Nous avons présumé que tous les traitements herbicides s’ajouteraient au glyphosate, qui continuerait d’être utilisé en raison de son large spectre. La plupart des traitements utilisés pour lutter contre ces mauvaises herbes résistantes au glyphosate contiennent des herbicides auxiniques ou inhibiteurs de la protoporphyrinogène oxydase (PPO). La majorité des traitements avec herbicides auxiniques produisent un impact environnemental allant de faible (IE ≤ 10) à modéré (11 à 20), et tous les traitements avec inhibiteurs de la PPO produisent un faible impact environnemental. L’impact environnemental total de la vergerette du Canada et du kochia à balais résistants au glyphosate est généralement plus élevé que celui de la grande herbe à poux ou de la petite herbe à poux, en raison de la dispersion rapide des graines. En ce qui concerne les traitements herbicides recommandés contre les mauvaises herbes résistantes au glyphosate (et contre les mauvaises herbes résistantes aux herbicides en général), les données sur l’impact environnemental devraient être systématiquement ajoutées aux données sur le coût et le site d’action, dans les publications de vulgarisation et les logiciels sur la lutte contre les mauvaises herbes, afin que les producteurs aient l’information nécessaire pour évaluer l’impact environnemental de leurs actions.

Date de modification :