An extension to "Mid-infrared spectral interpretation of soils: Is it practical or accurate?"

Yang, X.M. (2014). « An extension to "Mid-infrared spectral interpretation of soils: Is it practical or accurate?" », Geoderma, 226-227(1), p. 415-417. doi : 10.1016/j.geoderma.2014.03.022  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le présent article traite de la performance de l’incinération des échantillons de sol suivie de l’utilisation de la soustraction spectrale de la spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier en réflectance diffuse (SITFRD) sur des échantillons originaux et incinérés pour souligner l’importance de la fraction organique. Nous avons constaté que d’interpréter avec précision le spectre soustrait des cendres (infrarouge moyen de 4 000 cm 1 à 400 cm 1) est pratiquement impossible non seulement parce que les minéraux du sol subissent des changements extrêmes du spectre par le procédé d’incinération, mais aussi parce que les résidus inorganiques de la matière organique du sol brûlée (principalement des substances humiques) confondent aussi le spectre de la fraction minérale. Retirer la matière organique du sol par des méthodes d’incinération par voie humide avec H2O2, NaOCl, ou Na2S2O8 est associé à des inexactitudes dans l’interprétation du spectre de résidus organiques (enlèvement non achevé de la matière organique) et des changements du spectre des minéraux causés par les procédés d’incinération par voie humide. Par conséquent, avec les techniques actuelles d’incinération à sec et par voie humide, il est impossible d’interpréter avec exactitude le spectre soustrait des cendres des échantillons de sol.

Date de modification :