Feeding high concentrations of corn dried distillers' grains decreases methane, but increases nitrous oxide emissions from beef cattle production.

Hünerberg, M., Little, S.M., Beauchemin, K.A., McGinn, S.M., O'Connor, D., Okine, E.K., Harstad, O.M., Kröbel, R., et McAllister, T.A. (2014). « Feeding high concentrations of corn dried distillers' grains decreases methane, but increases nitrous oxide emissions from beef cattle production. », Agricultural Systems, 127, p. 19-27. doi : 10.1016/j.agsy.2014.01.005  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Une recherche antérieure a démontré que d’alimenter les bovins avec des drêches de distillerie de maïs à haute teneur en lipides (DSDSM; ∼10 % de lipides, matière sèche [MS]) réduit l’émission de méthane entérique (CH4) des bovins de boucherie. Toutefois, les alimenter avec des DSDSM (∼30 % protéines brutes [PB] de MS) ou des drêches et solubles de distillerie séchés de blé (DSDSB; ∼40 % PB, MS) augmente leur excrétion de N et l’augmentation subséquente d’oxyde de diazote (N2O) du fumier, ce qui pourrait annuler toute diminution médiée de CH4 dans les émissions de gaz à effet de serre (GES). L’objectif de la présente étude était d’évaluer l’impact de l’inclusion des DSDSM et des DSDSB sur les émissions de GES par les bovins au moyen d’une analyse du cycle de vie (ACV). L’ACV a été menée au moyen de données primaires pour la composition de la ration, des émissions de CH4 et de l’excrétion de N générées dans deux études portant sur des bovins en croissance et en finition. Une ferme modèle représentative a été simulée avec le modèle de GES Holos (www.agr.gc.ca/holos-ges), qui incluait 40 % de MS de DSDSM ou de DSDSB dans les rations des bovins d’engraissement en croissance et en finition. La simulation a été réalisée relativement à la pratique standard qui consiste à utiliser des grains d’orge en tant que principale source d’énergie supplémentaire dans les rations des bovins de l’Ouest canadien (scénario de référence). Alimenter les bovins avec des DSDSM (14,98 kg d’équivalent CO2 [CO2éq.]/kg poids vif) et des DSDSB (15,41 kg CO2éq./kg poids vif) a résulté en une intensité de GES de 6,2 et 9,3 % supérieure au scénario de référence (14,10 kg CO2éq./kg poids vif). Utiliser des drêches de distillerie à haute teneur en lipides dans les rations des bovins d’engraissement pourrait réduire les émissions de CH4 entérique, mais en apport alimentaire élevé ils augmentent l’excrétion de N et causent une augmentation nette des émissions de GES. Pour réduire l’impact environnemental, les drêches de distillerie séchées ne devraient pas être incluses dans les rations des bovins en quantités dépassant les besoins en N. Le fumier produit par les bovins alimentés avec des DSDS devrait être appliqué en quantités correspondant aux besoins en N de la culture.

Date de modification :