Influence d'une clôture en bord de rivière et de l'accès des bovins à l'eau sur les sols de la zone riveraine adjacente au cours inférieur de la petite rivière Bow, dans le sud de l'Alberta, au Canada.

Miller, J.J., Curtis, T.W., Chanasyk, D.S., et Willms, W.D. (2014). « Influence d'une clôture en bord de rivière et de l'accès des bovins à l'eau sur les sols de la zone riveraine adjacente au cours inférieur de la petite rivière Bow, dans le sud de l'Alberta, au Canada. », Canadian Journal of Soil Science, 94(2), p. 209-222. doi : 10.4141/CJSS2013-0981  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Laisser paître les bovins dans des prés riverains, adjacents à un cours d'eau, pourrait accroître le compactage du sol et la concentration d'oligoéléments tels le N et le P. Les auteurs ont réalisé une étude de quatre ans, doublée de l’échantillonnage, pendant trois ans (2009, 2010, 2012), des sols de la zone riveraine adjacente à des sections, clôturées ou pas, du cours inférieur de la petite rivière Bow, dans le sud de l'Alberta. Ils ont examiné l'incidence de la paissance, de l'accès des animaux à la rivière (accès ou pas) et de l’éloignement (0,25, 1, 2, 4, 6, 8 ou 10m) du cours d'eau sur la masse volumique apparente du sol, le volume d'eau dans le sol, la concentration de N-NH4, celle de NO3 et le dosage du P dans le sol. En 2012, les chercheurs ont aussi mesuré la profondeur de pénétration. Les trois régimes de paissance consistaient en un bord de rivière clôturé (pas de paissance), un sans clôture où paissaient un grand nombre d'animaux (paissance à impact élevé) et un bord de rivière sans clôture avec mise à l'herbe d'un petit nombre de bovins (paissance à faible impact). L'hypothèse de départ était que la paissance entraînerait un plus grand compactage, l'enrichissement du sol par des oligoéléments et une diminution de la quantité d'eau présente dans le sol, comparativement au traitement témoin, sans paissance. On supposait aussi que les mêmes tendances s'observeraient là où les animaux avaient accès à la rivière, comparativement aux endroits sans accès. En général, les propriétés du sol examinées dans le cadre de l’étude ont été significativement (P≤0,05) touchées par la paissance, l'accès à l'eau et l’éloignement de la berge de la rivière. Cependant, les effets du traitement résultent habituellement d'interactions à deux ou à trois voies avec d'autres paramètres. En 2009 et en 2012, la masse volumique apparente du sol était de 8 à 20% plus importante aux endroits donnant accès à la rivière qu’à ceux où il était impossible d'en approcher à plus de deux mètres, ce qui laisse croire que le compactage du sol par les bovins s'est limité aux lieux voisins du sol plus humide de la berge. La plupart des propriétés du sol confirment généralement l'hypothèse que le compactage et l'apport d'oligoéléments sont plus importants dans les bords de rivière non clôturés que dans ceux protégés par une clôture, ainsi qu'aux endroits donnant accès à l'eau, comparativement à ceux n'y donnant pas accès. Font exception à la règle la quantité d'eau présente dans le sol et le dosage du P, dont les résultats infirment l'hypothèse de la paissance; la quantité d'eau présente dans le sol et la concentration de N-NH4 n'appuient pas non plus l'hypothèse associée à l'accès des bovins au cours d'eau.

Date de modification :