Phosphorus transformations from reclaimed wastewater to irrigated soil: A 31P NMR study.

Zohar, I., Cade-Menun, B.J., Paytan, A., et Shaviv, A. (2014). « Phosphorus transformations from reclaimed wastewater to irrigated soil: A 31P NMR study. », Soil Science Society of America Journal, 78(6), p. 1884-1892. doi : 10.2136/sssaj2014.01.0037  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’utilisation d’eau usée récupérée (EUR) pour irriguer les sols constitue une pratique courante dans les régions arides, mais peut toutefois présenter des risques pour l’environnement si des formes labiles du phosphore (P) s’accumulent à la surface du sol. La labilité du P dans le sol peut être modifiée par des formes de P présentes dans l’EUR et par la composition et la répartition du P dans le sol. La spectroscopie par résonance magnétique nucléaire (RMN) du 31P en solution a été utilisée pour relever les formes de P dans les solutions d’EUR, dans des extraits de sol entier et dans des réservoirs fractionnés de P du sol, dans des sols agricoles (cultures de maïs; Acre [Israël]) irrigués au moyen de l’EUR examinée ou d’eau potable combinée à un engrais chimique. L’EUR était riche en P total (P{SUB}T{/SUB}) et en P réactif au molybdate (PRM); cette constatation est compatible avec les fortes concentrations de PRM dans les sols irrigués au moyen d’EUR. Parmi les composés et les classes de composés décelés dans l’EUR et dans les sols, on compte des orthophosphates, des polyphosphates, des monoesters d’orthophosphate et des diesters d’orthophosphate. Les auteurs ont toutefois constaté un changement dans les classes de composés phosphorés entre l’EUR et les sols irrigués au moyen d’EUR; même si les sources d’eau étaient différentes, les formes de P dans les sols traités différemment étaient semblables. Les auteurs examinent les facteurs susceptibles de régir ce changement, notamment le recyclage du P biologique et géochimique et les intrants de culture.

Date de modification :