A second look at leptin and adiponectin actions on the growth of primary porcine myoblasts under serum-free conditions.

Will, K., Kuzinski, J., Palin, M.-F., Hildebrandt, J.-P., et Rehfeldt, C. (2014). « A second look at leptin and adiponectin actions on the growth of primary porcine myoblasts under serum-free conditions. », Archiv Tierzucht, 57(29), p. 1-10. doi : 10.7482/0003-9438-57-029  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La communication entre les tissus adipeux et les muscles squelettiques pourrait s’exercer en partie par l’intermédiaire des adipokines. La présente étude a été réalisée en vue de comprendre d’autres facettes du rôle potentiel d’une adiponectine recombinante et d’une leptine recombinante dans la croissance in vitro des cellules primaires des muscles squelettiques du porc dans un milieu équilibré sur le plan énergétique, supplémenté en facteurs de croissance et sans sérum (GF-SFM). Par conséquent, les effets des adipokines sur le nombre de cellules (ADN), sur le taux de synthèse de l’ADN, sur la mort des cellules et sur d’importantes molécules de signalisation intracellulaire ont été examinés. Le traitement à court terme à l’adiponectine et à la leptine a réduit la synthèse de l’ADN, mesuré par l’incorporation de [3H]-thymidine, après seulement 4 h d’exposition (P < 0,01), sans altérer la teneur en ADN. Les deux adipokines ont augmenté la viabilité cellulaire déterminée selon l’activité de lactate déshydrogénase dans le milieu de culture après un traitement de 48 h (P < 0,05). L’activation spécifique de la protéine MAPK (MAP kinase) p44/42 a été réduite (P < 0,05) après une incubation de 15 minutes, avec les deux adipokines. En conclusion, les réductions hâtives de la synthèse de l’ADN dans les myoblastes de porc primaires cultivés en milieu GF-SFM en réponse à l’adiponectine ou à la leptine sont liées à la signalisation de la protéine MAPK p44/42, et le traitement aux adipokines ne nuit pas à la viabilité des cellules.

Date de modification :