Effects of maternal protein or energy restriction during late gestation on immune status and responses to lipopolysaccharide challenge in postnatal young goats.

He, Z.X., Sun, Z.H., Yang, W.-Z., Beauchemin, K.A., Tang, S.X., Zhou, C.S., Han, X.F., Wang, M., Kang, J.H., et Tan, Z.L. (2014). « Effects of maternal protein or energy restriction during late gestation on immune status and responses to lipopolysaccharide challenge in postnatal young goats. », Journal of Animal Science, 92(11), p. 4856-4864. doi : 10.2527/jas.2014-7904  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les connaissances de la malnutrition maternelle chez les ruminants et de ses effets sur le développement du système immunitaire de leurs petits sont insuffisantes. La présente étude visait à mieux comprendre les effets d’une restriction protéinique et calorique maternelle en fin de gestation sur le statut immunitaire des petits à différents âges. Soixante-trois chèvres gestantes (de race locale, Liuyang noire, 22,2 ± 1,5 kg à 90 jours de gestation) ont reçu une ration témoin (CON, énergie métabolique = 9,34 MJ/kg et protéines brutes = 12,5 %, sur sec), une alimentation protéinique restreinte à 40 % (PR) ou une alimentation calorique restreinte à 40 % (ER) entre le 91e jour de gestation et la mise bas, après quoi tous les animaux ont reçu une ration adéquate pour assurer leur rétablissement nutritionnel. On a mesuré les concentrations plasmatiques des composants du complément (C3, C4), de la protéine C-réactive (CRP) et des immunoglobulines (IgG et IgM), des niveaux d’expression des cytokines dans le jéjunum (IL-2, IL-6 et IL-10) et la morphologie des petits. En outre, on a évalué la concentration plasmatique du complément et les niveaux d’expression des cytokines IL-6 dans le tractus gastrointestinal à six semaines chez les chevreaux dans des conditions de provocation au sel ou au lipopolysaccharide (LPS). La restriction protéinique ou calorique maternelle a entraîné une diminution des concentrations plasmatiques (P < 0,05) de C3, de C4, des IgG et des IgM ainsi que de l’expression de l’ARN messager des cytokines IL-2 et IL-6 dans le jéjunum des chevreaux naissants, mais elle n’a pas modifié les concentrations plasmatiques (P > 0,05) de la protéine C réactive (CRP). L’expression de l’ARN messager des cytokines IL-10 dans le jéjunum des chevreaux de mères soumises à une restriction protéinique était également inférieure (P < 0,01) à celle des chevreaux de mères ayant reçu la ration témoin (CON). Cependant, la hauteur des villosités du jéjunum (P < 0,10 – restriction protéinique; P < 0,05 – restriction énergétique) et la profondeur de la crypte (P < 0,05 – restrictions protéinique et calorique) ont été réduites chez les chevreaux naissants de mères mal nourries. À six semaines, on n’a constaté aucune différence (P > 0,05) dans les paramètres plasmatiques ou immunitaires tissulaires entre les trois traitements. Cependant, lorsqu’ils ont été soumis à un test de provocation au LPS, les chevreaux de mères soumises à une restriction protéinique ou calorique ont présenté une concentration des cytokines IL-6 (P = 0,02) supérieure à celle observée chez les chevreaux de mères ayant reçu la ration témoin. Nos résultats semblent indiquer qu’une restriction calorique ou protéique en fin de gestation induit des altérations de courte et de longue durées des réactions immunitaires des petits, ce qui rend les animaux plus sensibles aux agents pathogènes bactériens. Ces conclusions viennent élargir nos connaissances actuelles des mécanismes immunitaires responsables de l’apparition des maladies à l’âge adulte.

Date de modification :