n-3 Polyunsaturated fatty acids and mechanisms to mitigate inflammatory paracrine signaling in obesity-associated breast cancer.

Monk, J.M., Turk, H.F., Liddle, D.M., De Boer, A.A., Power, K.A., Ma, D.W.L., et Robinson, L.E. (2014). « n-3 Polyunsaturated fatty acids and mechanisms to mitigate inflammatory paracrine signaling in obesity-associated breast cancer. », Nutrients, 6(11), p. 4760-4793. doi : 10.3390/nu6114760  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La prévalence de l’obésité est en train d’augmenter partout dans le monde, ce qui a comme effet d’augmenter le risque d’apparition de maladies chroniques liées à l’obésité. Un état inflammatoire chronique de bas niveau et la dysrégulation de la sécrétion d’adipokines (médiateurs inflammatoires) par le tissu adipeux sont bien établis en ce qui concerne l’obésité, et ces facteurs augmentent le risque de développer des cancers associés à l’inflammation. Le cancer du sein revêt un intérêt particulier, étant donné que l’inflammation accrue dans le dépôt de tissu adipeux mammaire sous cutané peut modifier le micro‑environnement d’inflammation locale du tissu, de telle sorte qu’il ressemble à celui de tissus adipeux viscéraux obèses. Par conséquent, chez les femmes ayant des problèmes d’obésité et qui ont le cancer du sein, des médiateurs inflammatoires accrus, tant à l’échelle locale que systémique, peuvent perpétuer les voies de signalisation procancérogènes associées à l’inflammation, augmentant ainsi la gravité de la maladie. Dans le présent article, nous examinons certains de ces mécanismes procancérogènes, associées à l’inflammation, du phénotype combiné du cancer du sein et de l’obésité et présentons des preuves selon lesquelles les acides gras polyinsaturés (AGPI) alimentaires à chaîne longue n-3 pourraient s’avérer utiles dans l’atténuation de la gravité de l’inflammation et du cancer du sein associés à l’obésité.

Date de modification :