Molecular cytogenetic identification of B genome chromosomes linked to blackleg disease resistance in Brassica napus × B. carinata interspecific hybrids.

Fredua-Agyeman, R., Coriton, O., Huteau, V., Parkin, I.A.P., Chèvre, A.-M., et Rahman, M.H. (2014). « Molecular cytogenetic identification of B genome chromosomes linked to blackleg disease resistance in Brassica napus × B. carinata interspecific hybrids. », Theoretical and Applied Genetics (TAG), 127(6), p. 1305-1318. doi : 10.1007/s00122-014-2298-7  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La maladie de la jambe noire, causée par le champignon Leptosphaeria maculans, provoque d’importantes pertes de rendement dans les cultures de Brassica napus. Brassica carinata jouit en revanche d’une excellente résistance à cette maladie. Afin d’introgresser cette résistance à la jambe noire, nous avons effectué des croisements entre B. napus cv. Westar et B. carinata. Nous avons rétrocroisé les hybrides interspécifiques deux fois avec le cultivar Westar et les avons autopollinisés trois fois pour produire des familles BC2S3. Nous avons produit des lignées dihaploïdes (DH1) à partir d’une famille résistante à la jambe noire. Nous avons ensuite utilisé des marqueurs SSR pour étudier l’association entre un ou des chromosomes B du génome et la résistance à la jambe noire. Le chromosome B3 entier de B. carinata était associé à la jambe noire dans la population DH1. Nous avons produit une deuxième population dihaploïde (DH2) à partir de la génération F1 des lignées DH1 résistantes par croisement avec une lignée de B. napus cv. Polo sensible à la jambe noire, et nous avons constaté que la résistance était associée à des marqueurs SSR sur le chromosome B3, de la partie centrale à la partie inférieure de celui-ci, et dans la partie supérieure du chromosome B8. Ces résultats révèlent que le chromosome B3 porte un ou des gènes de résistance à la jambe noire. Les analyses d’hybridation génomique in situ (GISH) et les analyses GISH-like effectuées avec les lignées DH2 ont révélé que les lignées sensibles possédaient, outre des chromosomes de B. napus, une paire de chromosomes B (2n = 40), tandis que les lignées résistantes possédaient une paire (2n = 40) ou deux paires (2n = 42) de chromosomes B. Les données obtenues par analyse moléculaire et par analyse GISH donnent à penser que le chromosome B des lignées sensibles est le B7, mais il s’est avéré difficile de confirmer l’identité des chromosomes B dans les lignées résistantes. Par ailleurs, nous avons pu constater que les chromosomes B étaient transmis sur plusieurs générations avec les chromosomes de B. napus.

Date de modification :