Identifying management strategies to improve sustainability and household income for herders on the desert steppe in Inner Mongolia, China.

Li, Z., Han, G.D., Zhao, M.L., Wang, J., Wang, Z.W., Kemp, D.R., Michalk, D.L., Wilkes, A., Behrendt, K., Wang, H., et Langford, C. (2015). « Identifying management strategies to improve sustainability and household income for herders on the desert steppe in Inner Mongolia, China. », Agricultural Systems, 132, p. 62-72. doi : 10.1016/j.agsy.2014.08.011  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les prairies jouent un rôle important sur tous les continents dans le fonctionnement des écosystèmes et les systèmes de production animale. L’accroissement de la population humaine, comme celle des animaux d’élevage, pose d’importants défis à l’approvisionnement sécuritaire et de qualité des cultures herbagères et des produits d’origine animale dans les prairies de Chine. Le ranch familial représente l’unité de gestion et de production de base en Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine. Dans les exploitations, les populations animales augmentent, mais les revenus des exploitants et l’état des pâturages ne s’améliorent pas. Il faut de nouvelles stratégies de gestion pour orienter le développement de l’industrie de l’élevage. Avec les résultats des expériences et des enquêtes menées dans le « comté » de Siziwang, nous avons utilisé le modèle StageONE mis au point par le centre australien de recherche internationale en agriculture pour le projet Sustainable Livestock Grazing Systems on Chinese Temperate Grasslands pour simuler des changements dans les stratégies de gestion d’un système typique d’exploitation globale, en vue d’élaborer des stratégies applicables, durables et profitables. Une nouvelle stratégie de gestion comprenant des densités de peuplement réduites et une utilisation accrue de suppléments alimentaires en hiver et au printemps a été adoptée dans quelques exploitations et comparée à la stratégie classique à l’aide du modèle StageONE. Les résultats montrent que, chez les moutons, l’apport énergétique total réel avec la nouvelle stratégie est plus élevé qu’avec la gestion classique, et que le surplus d’énergie nette est de –0,36  MJ/mouton unité/jour, ce qui est inférieur à ce que l’on constate avec les pratiques de gestion classiques. La nouvelle stratégie, dans laquelle la densité de peuplement est réduite de 14,1 %, a aussi entraîné une diminution de 34,14 % des émissions de méthane et une augmentation de 15,85 % du revenu net. Les résultats de la simulation laissent entrevoir de nouvelles façons pour les exploitants, les entreprises et les gouvernements d’améliorer la gestion des pâturages tout en augmentant le revenu net des exploitants.

Date de modification :