The characteristics of plant communities along east eurasian steppe transect.

Han, W.-J., Hou, X.-Y., Olokhnuud, C.-L., et Schellenberg, M.P. (2014). « The characteristics of plant communities along east eurasian steppe transect. », Journal of Integrative Agriculture, 13(6), p. 1157-1164. doi : 10.1016/S2095-3119(13)60659-0  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’East Eurasian Steppe Transect (EEST) est le premier transect international à traverser des régions de moyenne et de haute latitude de l’est de la steppe eurasienne. Ce transect est une plateforme idéale pour les recherches sur la réaction des steppes tempérées d’Eurasie au changement climatique planétaire, car des gradients de température et d’activité humaine y sont intégrés sur de longues distances. Dans le cadre de la présente étude, nous avons analysé les caractéristiques fondamentales de communautés végétales présentes le long du transect, selon un gradient de latitude. L’étude de 58 stations d’échantillonnage nous a permis d’y relever 140 espèces, appartenant à 94 genres et à 34 familles. Nous avons notamment trouvé l’Astragalus dalaiensis, qui est disparu des prairies de Chine. Globalement, la végétation est dominée par les Graminées, alors que les Liliacées diminuent significativement en importance du sud au nord. L’indice de Shannon-Wiener et la biomasse des communautés diminuaient le long du gradient de latitude, selon des régressions linéaires significatives. L’indice SDR2 (rapport de dominance cumulatif fondé sur deux facteurs) des espèces dominant les strates supérieures des communautés, comme les plantes du genre Stipa et le Leymus chinensis, diminuait du sud au nord. Cette diminution était même significative dans le cas du L. chinensis. La latitude n’avait aucun effet sur l’indice SDR2 du Cleistogenes squarrosa, sur celui de l’Agropyron cristatum dans les strates inférieures des communautés, ni sur celui des espèces indicatrices de dégradation. Le Potentilla acaulis se rencontrait principalement dans les parties sud et nord du transect. Nous avons trouvé le Stellera chamaejasme uniquement dans quelques stations de la partie sud de l’EEST. Dans les communautés à Stipa grandis et à Stipa krylovii, les espèces annuelles et bisannuelles étaient dominantes. La proportion d’espèces annuelles et bisannuelles des communautés présentait une relation significative avec la latitude, qui n’avait aucun effet sur les plantes herbacées vivaces et les arbustes. À la suite d’une analyse en composantes principales des données disposées en tableau 58 ×140, ce sont les première et deuxième composantes qui présentaient les plus faibles proportions, ce qui laisse croire que la composition et la structure des communautés étaient homogènes le long de l’EEST. Il y avait le long du transect un certain degré de différenciation spatiale, lié aux différences de dégradation résultant des diverses utilisations des terres.

Date de modification :