Evaluation of depuration procedures to mitigate the off-flavor compounds geosmin and 2-methylisoborneol from Atlantic salmon Salmo salar raised to market-size in recirculating aquaculture systems.

Davidson, J., Schrader, K., Ruan, E.D., Swift, B., Aalhus, J.L., Juárez, M., Wolters, V., Burr, G., Good, C., et Summerfelt, S.T. (2014). « Evaluation of depuration procedures to mitigate the off-flavor compounds geosmin and 2-methylisoborneol from Atlantic salmon Salmo salar raised to market-size in recirculating aquaculture systems. », Aquacultural Engineering, 61, p. 27-34. doi : 10.1016/j.aquaeng.2014.05.006  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les poissons élevés dans des systèmes d’aquaculture en recirculation (SAR) peuvent acquérir une flaveur « terreuse » ou « de moisi » en raison de la bioaccumulation respective de géosmine et de 2 méthylisobornéol (MIB), qui sont des composés produits par certaines espèces bactériennes présentes dans les biosolides et dans les biofilms bactériens que l’on trouve dans les SAR. Les poissons élevés dans les SAR sont généralement transférés dans des systèmes de dépuration distincts alimentés en eau par un passage unique ou dont la recirculation d’eau est limitée (sans biofiltre), de manière à purger le poisson de ces flaveurs désagréables. Des technologies et des procédures opérationnelles normalisées optimisant la cinétique de la purge pour le saumon atlantique Salmo salar et d’autres espèces élevées dans des SAR sont nécessaires pour améliorer l’uniformité et l’efficacité de la dépuration. Un essai factoriel (2 x 2) a été réalisé pour évaluer les techniques visant à atténuer la flaveur anormale des saumons atlantiques élevés jusqu’à un poids de 3 à 5 kg dans un SAR d’eau douce de taille semi commerciale. Douze systèmes de dépuration répliqués (0,5 m3) ont été utilisés pour évaluer quatre combinaisons (n = 3) des procédures opérationnelles normalisées et des paramètres de conception du système suivants : 1) désinfection des systèmes de dépuration au moyen d’un traitement statique d’une heure utilisant 250 mg/L de peroxyde d’hydrogène (H2O2) avant l’ensemencement, 2) aucune désinfection avant l’ensemencement, 3) présence d’un milieu d’aération de l’eau à l’intérieur des colonnes de transfert gazeux des systèmes de dépuration, 4) absence de milieu d’aération de l’eau à l’intérieur des colonnes de transfert gazeux des systèmes de dépuration. Des saumons atlantiques ayant atteint une taille appropriée pour le marché de l’alimentation ont été ensemencés à l’intérieur des systèmes de dépuration et ont été conservés pendant 10 jours sans être nourris. Six saumons ont été prélevés dans le SAR d’origine au jour 0 et ont été filetés aux fins de l’évaluation de référence des concentrations de flaveurs anormales. Par la suite, des échantillons de filets (n = 3–4) ont été prélevés aux jours 3, 6, et 10 pour évaluer la cinétique des flaveurs anormales. La désinfection des systèmes de dépuration au peroxyde d’hydrogène a entraîné une diminution importante de la flaveur anormale dans les filets de saumon pendant la période de dépuration. Les résultats ont aussi indiqué la présence de biofilms d’une grande superficie dans les milieux d’aération de l’eau à la suite de la désinfection complète, ce qui entraînait une élimination moindre et plus lente de la flaveur anormale des filets de saumon atlantique; par contre, les systèmes de dépuration exempts de ce type de milieu permettaient une réduction de la flaveur anormale plus importante et plus rapide. Par conséquent, aucun milieu d’aération de l’eau ne devrait être utilisé dans les systèmes de dépuration, en raison des difficultés de nettoyage et de désinfection des systèmes, de même que d’inactivation des bactéries susceptibles d’être présentes et causant la flaveur anormale. Les procédés et les endroits rendant le nettoyage difficile devraient donc être exclus. De plus, d’importants écarts de concentration des flaveurs anormales ont été mesurés chez des saumons pris individuellement, ce qui indique qu’un seul saumon ne correspond pas à une taille d’échantillon appropriée pour déterminer si le poisson est propre à être mis sur le marché.

Date de modification :