Prepartum nest-building has an impact on postpartumnursing performance and maternal behaviour in earlylactating sows.

Yun, J., Swan, K-M., Farmer, C., Oliviero, C., Peltoniemi, O., et Valros, A. (2014). « Prepartum nest-building has an impact on postpartumnursing performance and maternal behaviour in earlylactating sows. », Applied Animal Behaviour Science, 160, p. 31-37. doi : 10.1016/j.applanim.2014.08.011  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons évalué si en facilitant la construction du nid, c’est-à-dire en fournissant du matériel à cet effet, on pouvait influer sur les caractéristiques maternelles postpartum des truies en début de lactation. Nous avons utilisé 35 truies, que nous avons commencé à observer environ sept jours avant la date prévue de mise bas; nous les avons logées dans : 1) une CASE (N = 11) : case de mise bas fermée (210 cm × 80 cm), avec un seau de sciure de bois; 2) un ENCLOS (N = 12) : case de mise bas ouverte, avec un seau de sciure de bois; et 3) NID (N = 12) : case de mise bas ouverte, avec une abondance de matériaux de nidification. Nous avons prélevé des échantillons de plasma chez les truies (elles étaient munies de sondes à demeure) aux jours −3, −2 et −1 (le jour de la mise bas étant le jour 0) pour le dosage de l’oxytocine (OT) et de la prolactine (PRL). Nous avons observé le comportement de nidification des truies pendant 20 minutes, toutes les heures, de 18 heures avant la mise bas, jusqu’à la naissance du premier porcelet. Le comportement de nidification comprend le grattage du sol, le fouissement et la disposition des matériaux de nidification. Nous avons vérifié s’il y avait des interactions entre le comportement de nidification et les caractéristiques maternelles après la mise bas. La plus longue durée de nidification a été observée chez les truies du groupe NID, puis chez celles des groupes ENCLOS et CASE, respectivement (p < 0,0001), et cette durée avait tendance à être corrélée avec la quantité d’OT présente avant la mise bas (rs = 0,20, p = 0,05). Les concentrations d’OT et de PRL étaient plus élevées chez les truies du groupe NID que chez celles des groupes CASE et ENCLOS (p < 0,05). Nous avons constaté une interaction entre les concentrations d’OT et de PRL (r = 0,26, p < 0,01). Par ailleurs, la concentration de PRL a augmenté à mesure qu’approchait le jour de la mise bas (p < 0,0001), alors que la concentration d’OT n’a pas varié avant la mise bas. Nous avons observé une corrélation positive entre la durée totale du comportement de nidification avant la mise bas et les précautions prises par les truies lorsqu’elles se couchaient après la mise bas (rs = 0,52, p < 0,01), ainsi qu’une corrélation négative avec la durée moyenne des tétées réussies en début de lactation (rs = −0,42, p < 0,05). Pour conclure, il semble que l’accès à du matériel de nidification pourrait améliorer le comportement de nidification chez les truies avant la mise bas. L’accès à ce matériel ainsi que les concentrations élevées d’OT et de PRL pourraient résulter en une performance d’allaitement et un comportement maternel postpartum améliorés chez les truies en début de lactation.

Date de modification :