Nitrous oxide emissions from a fertile grassland in Western Norway following the application of inorganic and organic fertilizers.

Hansen, S., Bernard, M., Rochette, P., Whalen, J.K., et Dörsch, P. (2014). « Nitrous oxide emissions from a fertile grassland in Western Norway following the application of inorganic and organic fertilizers. », Nutrient Cycling in Agroecosystems, 98(1), p. 71-85. doi : 10.1007/s10705-014-9597-x  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

En Norvège, 65 % des terres agricoles sont des prairies consacrées à l’alimentation des ruminants. L’objectif de la présente étude était de quantifier les émissions de N2O produites par le pâturage sur un loam sableux fertile d’une prairie agricole de l’Ouest de la Norvège et d’estimer la réponse des émissions saisonnières de N2O à l’ajout d’azote inorganique, d’azote de lisier pâteux de bovins (LPB) et d’azote de trèfle. Le nitrate d’ammonium (NA) et le LPB ont été appliqués manuellement à raison de 0, 100, 150, 200 et 250 kg d’azote de NA par ha1, de 80 kg d’azote de LPB par ha1 ou en combinaison, à raison de 200 kg d’azote de NA par ha1 et de 80 kg d’azote de LPB par ha1. Les émissions ambiantes de N2O étaient cinq fois plus élevées durant la saison estivale de 2009 que durant celle de 2010, mais la quantité relative de N2O dérivée du NA est demeurée constante pendant les deux périodes, s’établissant à 0,11 % de l’azote appliqué. Le LPB n’a eu aucune incidence mesurable sur les émissions de N2O en 2009. Toutefois, 0,15 % de l’azote de LPB a été émis sous forme de N2O durant l’été 2010. Durant la chaude année 2009, qui a enregistré une période de sécheresse, entre 1 et 24 % des émissions de N2O ont été attribuées à l’effet du trèfle, selon la fertilisation. Le trèfle n’a eu aucun effet sur les flux de N2O dans les conditions fraîches et humides de l’année 2010. Nos résultats semblent indiquer que les émissions de N2O dans les prairies fertiles de la Norvège sont en grande partie contrôlées par les variations interannuelles des émissions ambiantes et par la contribution variable de l’azote biologiquement fixé et de l’azote de LPB.

Date de modification :