Effects of increasing levels of corn dried distillers grains with solubles and monensin on ruminal biohydrogenation and duodenal flows of fatty acids in beef heifers fed high-grain diets.

Xu, L., Jin, Y., He, M.L., Li, C., Beauchemin, K.A., et Yang, W.-Z. (2014). « Effects of increasing levels of corn dried distillers grains with solubles and monensin on ruminal biohydrogenation and duodenal flows of fatty acids in beef heifers fed high-grain diets. », Journal of Animal Science, 92(3), p. 1089-1098. doi : 10.2527/jas.2013-6668  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les drêches de distillerie avec solubles (DDS) de maïs sont riches en matières grasses brutes et sont réputées conférer aux acides gras polyinsaturés (AGPI) une certaine protection contre la biohydrogénation ruminale (BH). Il semblerait également que l’incorporation au régime alimentaire d’aliments à haute teneur énergétique, comme les DDS, diminue la réponse au monensin chez les bovins d’engraissement. L’objectif de l’étude était de déterminer les effets d’une hausse des niveaux d’incorporation de drêches de distillerie et de doses de monensin sur la biohydrogénation ruminale (BH) et le flux duodénal des acides gras (AG). Cinq génisses Angus auxquelles on a posé une canule dans le rumen et le duodénum (poids vif initial, 556 ± 36 kg) ont été utilisées dans une conception de carré latin 5 x 5 avec un arrangement factoriel de traitement 2 × 2 + 1. Les génisses ont reçu des rations témoins (CON; 10 % d’ensilages d’orge, 87,8 % de grains d’orge, 2,2 % de suppléments minéraux et vitaminiques et 28 mg de monensin/kg de MS) et des rations dans lesquelles les grains d’orge avaient été remplacés dans une proportion de 20 % (LDG = groupe à faible incorporation) ou de 40 % (HDG = groupe à forte incorporation) par des DDS de maïs et dans lesquelles avaient été ajoutés 28 (ML = faible dose de monensin) ou 48 mg (MH = forte dose de monensin) de monensin/kg de MS alimentaires : 1) CONML, 2) LDGML, 3) LDGMH, 4) HDGML et 5) HDGMH. L’apport en AG totaux et individuels a augmenté (P < 0,01) avec l’incorporation de DDS dans le régime alimentaire et était généralement (P = 0,10) moins élevé chez les génisses ayant reçu une forte dose de monensin (MH) que chez celles en ayant reçu une faible dose (ML). Dans l’ensemble, l’étude n’a révélé aucune interaction entre les niveaux d’incorporation de DDS et les doses de monensin sur la BH, les flux d’AG vers le duodénum et la digestibilité intestinale. Les flux (g/d) d’acide linoléique conjugué (ALC) c 9,t 11, d’acide α-linolénique (C18:3n-3), d’acides gras monoinsaturés (AGMI) et d’acides gras polyinsaturés (AGPI) vers le duodénum ont augmenté de manière linéaire (P < 0,01) avec l’incorporation accrue de DDS. Cependant, l’augmentation des doses de monensin a eu tendance à diminuer les flux d’acide linoléique (C18:2 c9 c12; P = 0,07), d’acide α-linolénique (P = 0,07) et d’ACMI (P = 0,08) et a diminué les flux d’AGPI (P = 0,05). La BH ruminale des AGNS, des AGPI et des ALC C18:2 c9,c12 ne différait pas selon les traitements. Les profils des AG dans le digesta du duodénum ne différait pas non plus, sauf pour ce qui est du pourcentage des ALC c9,t11, qui a eu tendance (P = 0,06) à augmenter de manière linéaire avec l’incorporation accrue de DDS et qui était donc plus élevé (P = 0,04) chez les groupes HDG que chez les groupes LDG. De plus, le pourcentage des ALC t10,c12 (P < 0,01) a augmenté d’une manière linéaire avec l’incorporation accrue de DDS. La digestibilité intestinale des AGS (P < 0,01), des AGNS (P = 0,05) et des AG totaux (P = 0,01) était supérieure chez les génisses ayant reçu des rations HDG que chez celles ayant reçu des rations LDG. Ces résultats démontrent que l’incorporation accrue de DDS de maïs dans les rations de finition permet d’accroître l’apport en AGPI chez les bovins d’engraissement grâce à une hausse de l’apport et du flux duodénal des AGPI. L’accroissement des doses de monensin de 28 à 48 mg/kg de MS n’a pas eu d’effet sur la BH ruminale et la digestibilité intestinale des AG, mais il a diminué l’absorption et le flux duodénal des AG.

Date de modification :