Fly ash-aided phytostabilisation of highly trace element polluted topsoils improves the telluric fungal biomass: A long-term field experiment.

Labidi, S., Fontaine, J., Laruelle, F., Tisserant, B., Dalpé, Y., Grandmougin-Ferjani, A., Douayd, F., et Sahraoui, A.L.H. (2015). « Fly ash-aided phytostabilisation of highly trace element polluted topsoils improves the telluric fungal biomass: A long-term field experiment. », Applied Soil Ecology, 85, p. 69-75. doi : 10.1016/j.apsoil.2014.09.006  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dix ans après avoir procédé à l’amendement en cendres volantes (CV) et à la plantation d’essences mixtes (robinier faux-acacia, aulne glutineux, érable sycomore, chêne pédonculé et saule blanc), on a étudié la viabilité des micro-organismes telluriques dans une terre végétale fortement polluée par des éléments traces. Avant la plantation des arbres, trois parcelles expérimentales ont été aménagées au champ : une parcelle non amendée (R), une parcelle amendée en cendres volantes silico-alumineuses (F1) et une parcelle amendée en cendres volantes sulfo-calciques (F2). Les biomasses de champignons mycorhiziens arbusculaires (CMA) et de micro-organismes saprophytes fongiques et bactériens ont été quantifiées par la mesure de marqueurs lipidiques spécifiques (acides gras des phospholipides [AGPL] et ergostérol). La colonisation racinaire par les CMA la plus élevée était de 18 % dans la sous-parcelle de la parcelle (F1). Comparativement à la parcelle témoin (R), la plus grande quantité d’AGPL C16:1ω5 (2 nmol g1 sol), utilisés comme marqueurs de la biomasse des CMA, a été enregistrée dans la terre végétale amendée en cendres volantes. Ce résultat reflétait le nombre le plus élevé de spores de CMA ayant été isolés dans la sous-parcelle de la parcelle F1. On a estimé les biomasses de champignons saprophytes et ectomycorhiziens en mesurant les quantités d’AGPL C18:2ω6,9 et d’ergostérol présentes dans la terre végétale. Comme pour les quantités d’AGPL C16:1ω5, les quantités les plus élevées d’AGPL C18:2ω6,9 (4,7 nmol g1 sol), comparativement à la parcelle témoin, ont été observées dans la terre végétale amendée en cendres volantes. Toutefois, aucun effet notable des amendements en cendres volantes n’a été observé sur les AGPL, qu’ils soient spécifiques aux bactéries à Gram positif ou à Gram négatif. La présente étude a démontré l’utilité des amendements en acides gras dans la phytostabilisation assistée de terres végétales polluées par des éléments traces grâce à l’amélioration de la viabilité des populations fongiques.

Date de modification :