Réaction du blé de printemps, du blé dur, de l’épeautre et du blé Kamut cultivés biologiquement à la septoriose dans l'ouest du Canada.

Fernandez, M.R., Fox, S.L., Hucl, P.J., et Singh, A.K. (2014). « Réaction du blé de printemps, du blé dur, de l’épeautre et du blé Kamut cultivés biologiquement à la septoriose dans l'ouest du Canada. », Canadian Journal of Plant Science, 94(5), p. 929-935. doi : 10.4141/CJPS2013-310  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les auteurs ont procédé à une étude de trois ans (de 2010 à 2012) sur le terrain, dans le sud-ouest de la Saskatchewan, en vue de préciser la réaction du blé commun, du blé dur, de l’épeautre et du blé Kamut cultivés biologiquement au complexe de maladies liées à la septoriose. Les céréaliculteurs de la région qui pratiquent l'agriculture biologique recourent souvent aux génotypes retenus pour l’étude. En général, des études antérieures sur les pratiques agricoles usuelles ont révélé la présence des maladies les plus courantes du groupe de la septoriose dans la région. Durant les trois années en question, les cultivars de blé ordinaire les plus touchés par la septoriose étaient AC Barrie, CDC Go, Superb et Unity, les moins affectés étant AC Andrew, CDC Bounty et Lillian. Chez le blé dur, la variété Kyle a enregistré la cote la plus forte pour la septoriose. Le cultivar CDC Zorba s'est caractérisé par une cote plus faible que CDC Origin, l'autre variété d’épeautre, pour la septoriose; il a aussi enregistré la cote la plus faible de tous les génotypes examinés en ce qui concerne la maladie. Le blé Kamut a affiché une réaction similaire à celle du blé ordinaire et du blé dur pour ce qui est de la gravité de la septoriose. Suit une discussion sur la présence relative des microorganismes pathogènes les plus courants associés au groupe de la septoriose (Pyrenophora tritici-repentis, Phaeosphaeria nodorum, Phaeosphaeria avenaria f. sp. triticea, Cochliobolus sativus, Mycosphaerella graminicola) pour chacune des quatre espèces durant l'expérience de trois ans.

Date de modification :