Distinguishing vaccinium species by chemical fingerprinting based on NMR spectra, validated with spectra collected in different laboratories.

Markus, M.A., Ferrier, J., Luchsinger, S.M., Yuk, J., Cuerrier, A., Balick, M.J., Hicks, H., Killday, K.B., Kirby, C.W., Berrue, F., Kerr, R.G., Knagge, K., Gödecke, T., Ramirez, B.E., Lankin, D.C., Pauli, G.F., Burton, I., Karakach, T.K., Arnason, J.T., et Colson, K.L. (2014). « Distinguishing vaccinium species by chemical fingerprinting based on NMR spectra, validated with spectra collected in different laboratories. », Planta Medica, 80(8-9), p. 732-739. doi : 10.1055/s-0034-1368569  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons mis au point une méthode fondée sur la spectroscopie de résonance magnétique nucléaire qui permet de distinguer les espèces du genre Vaccinium à partir d’extraits de feuilles. Nous avons mesuré les spectres de référence au moyen d’extraits de feuilles de provenant de plusieurs espèces, notamment le bleuet à feuilles étroites (Vaccinium angustifolium), l’airelle à feuilles ovées (Vaccinium ovalifolium) et la canneberge à gros fruits (Vaccinium macrocarpon). Nous avons réalisé une analyse en composantes principales pour ces extraits de feuilles et avons construit le diagramme des scores correspondant; une analyse de variance a révélé que la position sur le deuxième axe variait de façon significative entre les trois groupes, ce qui montre qu’il est possible de distinguer les trois espèces par résonance magnétique nucléaire. En outre, des modélisations SIMCA (Soft independent modeling of class analogies models) réalisées pour chaque espèce ont montré qu’il était possible de les distinguer. Pour démontrer la robustesse de la spectroscopie de résonance magnétique nucléaire comme méthode d’identification des espèces végétales, nous avons mesuré les spectres d’extraits de feuilles de bleuet à feuilles étroites provenant de cinq sites au moyen de différentes intensités de champ électrique (600 et 700 MHz), de différents types de sondes (cryogénisation et température ambiante), d’échantillons de diamètres différents (1,7 mm et 5  mm) et de consoles différentes (Avance I et Avance III). Chaque laboratoire a fait une démonstration indépendante de la linéarité de leurs mesures obtenues par résonance magnétique nucléaire, en établissant une courbe d’étalonnage pour l’acide chlorogénique (R2 = 0,9782 à 0,9998). Les spectres obtenus pour chaque site au moyen des différents spectromètres correspondaient aux groupes prévus du genre Vaccinium, ce qui confirme que notre méthode peut être utilisée pour distinguer les espèces de ce genre et montre que l’analyse des empreintes par résonance magnétique nucléaire peut servir à l’identification des plantes utilisées pour la fabrication de produits de santé naturels.

Date de modification :