L’application hâtive de fongicides foliaires au blé dur concourt-elle à améliorer le rendement grainier dans le sud-est de la Saskatchewan?

Fernandez, M.R., May, W.E., Chalmers, S., Savard, M.E., et Singh, A.K. (2014). « L’application hâtive de fongicides foliaires au blé dur concourt-elle à améliorer le rendement grainier dans le sud-est de la Saskatchewan? », Canadian Journal of Plant Science, 94(5), p. 891-903. doi : 10.4141/CJPS2013-325  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les producteurs aimeraient appliquer des fongicides au début de la croissance du blé dur en vue d’atténuer la gravité des maladies et d’augmenter le rendement grainier. Les auteurs ont effectué un essai au champ dans le sud-est de la Saskatchewan (2004-2006) afin de vérifier les effets d’une application simple ou double de fongicide foliaire (tebuconazole) sur la septoriose, les grains abîmés par la brûlure de l’épi et d’autres maladies causées par Fusarium, la concentration de désoxynivalénol, la décoloration des grains foncés et divers paramètres du grain du blé dur, à différents stades de croissance. Dans la plupart des cas, l’application d’un antiparasitaire à l’élongation de la tige ne réduit pas la gravité des maladies causées par Fusarium et n’améliore ni le rendement ni les caractéristiques du grain. L’application à l’émergence de la feuille paniculaire s’avère plus efficace, mais c’est le traitement à l’anthèse qui atténue la gravité de la maladie et améliore le poids spécifique du grain de la façon la plus uniforme dans la majorité des cas. Une double application de fongicide (à l’élongation de la tige ou à l’émergence de la feuille paniculaire et à l’anthèse) ne contrôle pas aussi bien la maladie qu’une seule application à l’anthèse. Le rendement grainier ne varie pas sensiblement d’un traitement à l’autre. Contrairement aux maladies causées par Fusarium et à la septoriose, l’application d’un fongicide à l’élongation de la tige ou à l’émergence de la feuille paniculaire augmente le poids du grain et la proportion de grains foncés décolorés, et cela, de manière significative en 2005 (10,53-10,60% de grains décolorés avec le traitement aux stades de l’élongation de la tige et de la feuille paniculaire contre 6,13% pour la parcelle témoin non traitée). Le poids du grain présentait une corrélation négative avec les variables des maladies causées par Fusarium et la septoriose pendant une ou plusieurs années, alors qu’il existe une corrélation positive avec la décoloration du grain. De ces résultats, les auteurs concluent que, dans les conditions climatiques variables de la Saskatchewan, l’application hâtive de fongicide au blé dur à titre préventif n’est pas une stratégie recommandée pour accroître la productivité de cette culture et qu’une telle stratégie pourrait même entraîner une décoloration accrue des grains foncés et le déclassement du grain.

Date de modification :