Short communication: Calf body temperature following chemical disbudding with sedation: Effects of milk allowance and supplemental heat.

Vasseur, E., Rushen, J.P., et de Passillé, A.M.B. (2014). « Short communication: Calf body temperature following chemical disbudding with sedation: Effects of milk allowance and supplemental heat. », Journal of Dairy Science (JDS), 97(8), p. 5185-5190. doi : 10.3168/jds.2013-7519  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’utilisation de pâte caustique combinée à un sédatif est une des méthodes les moins douloureuses pour détruire les bourgeons des cornes. On recommande de détruire ces bourgeons dès le cinquième jour de vie des veaux. Mais on signale que la xylazine utilisée comme sédatif provoque une diminution de la température interne, et on sait que chez les veaux, la thermorégulation n’est pas encore efficace. Nous avons donc examiné les effets de la destruction des bourgeons des cornes avec de la pâte caustique et la sédation par la xylazine sur la température corporelle, l’activité et la consommation de lait chez les veaux de 5 jours. Pour cette expérience, nous avons utilisé 46 veaux logés individuellement répartis selon un plan factoriel 2 × 2, dans lequel les effets principaux étaient l’approvisionnement en lait (4,5 L/jour pour l’approvisionnement faible et 9 L/jour pour l’approvisionnement abondant) et l’utilisation ou non d’une lampe à rayons infrarouges. La température corporelle, l’activité des veaux (le temps passé debout) et la température de l’étable ont été surveillées en continu à l’aide d’enregistreurs de données automatiques le jour de l’intervention (destruction chimique des bourgeons des cornes), le jour précédant et le jour suivant l’intervention. Tous les veaux ont reçu une injection intramusculaire de 0,25 mL de xylazine concentrée à 2 mg/mL, 20 minutes avant l’application de pâte caustique (dose : 0,12 ± 0,003 mL/kg de poids corporel). La température corporelle des veaux de 5 jours a diminué immédiatement après l’injection de xylazine; leur température a diminué de 0,9 ± 0,09 °C et il a fallu 3,8 ± 0,32 heures pour qu’elle remonte à ce qu’elle était avant l’injection. Les veaux qui avaient reçu la quantité de lait la plus faible ont reçu une dose plus forte de xylazine (mL/kg PC), et ceux qui ont eu le traitement à la pâte caustique dans un environnement plus froid ont été plus affectés par les variations de température corporelle (diminutions plus importantes et plus longues de la température corporelle et d’ampleur plus grande). La reprise de l’activité des veaux a suivi le profil de rétablissement de la température corporelle. L’approvisionnement en lait et en chaleur n’a pas contribué à améliorer la récupération au cours des 6 heures suivant l’intervention. La destruction des bourgeons des cornes n’a pas eu d’incidence sur l’ingestion de lait, mais les veaux chez lesquels la température avait moins diminué et ceux qui se trouvaient dans un environnement plus chaud ont bu plus de lait que les autres après l’intervention. Dans l’ensemble, les veaux qui avaient reçu moins de lait ont été plus affectés que ceux qui avaient reçu plus de lait le jour de l’intervention et le jour suivant (leur température corporelle a diminué plus et ils ont bu moins dans l’environnement plus froid). Offrir une ration abondante en lait permet d’atténuer l’inconfort des veaux après la destruction des bourgeons des cornes, alors que la lampe à rayons infrarouges ne semble pas aider, du moins pendant un hiver modérément froid.

Date de modification :