The potential of 3-nitrooxypropanol to lower enteric methane emissions from beef cattle.

Romero-Pérez, G.A., Okine, E.K., McGinn, S.M., Guan, L.L., Oba, M., Duval, S., Kindermann, M., et Beauchemin, K.A. (2014). « The potential of 3-nitrooxypropanol to lower enteric methane emissions from beef cattle. », Journal of Animal Science, 92(10), p. 4682-4693. doi : 10.2527/jas.2014-7573  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans cette étude, nous avons vérifié si l’ajout de 3-nitrooxypropanol à la ration des bovins de boucherie permet de réduire leurs émissions de méthane entérique (CH4). Nous avons également examiné l’effet du 3-nitrooxypropanol sur des variables apparentées, dont la digestibilité des éléments nutritifs, la fermentation ruminale et les microorganismes du rumen. Nous avons utilisé huit génisses Angus pourvues d’une canule ruminale (549 ± 64,3 kg [moyenne ± écart type]) à qui nous avons donné une ration à haute teneur en fourrage (ration de semi-finition) enrichie de 3-nitrooxypropanol à raison de 0, 0,75, 2,25 ou 4,50 mg/kg. L’expérience a été conçue selon un plan en carré latin répété 4 × 4 avec 2 groupes de génisses et quatre périodes expérimentales de 28 jours. Nous avons utilisé des chambres métaboliques pour mesurer les émissions de méthane entérique pendant trois jours consécutifs. Chez les animaux qui avaient reçu 2,5 mg/kg de 3-nitrooxypropanol (p = 0,03), nous avons observé des réductions pouvant atteindre 5,8 % de la matière sèche consommée ad libitum. L’augmentation linéaire de la quantité de 3‑nitrooxypropanol (p < 0,001) a entraîné une réduction des émissions de CH4 : jusqu’à 33 % moins de CH4 (corrigé en fonction de la MSI) que chez les témoins recevant la concentration la plus élevée de 3-nitrooxypropanol. La perte d’énergie alimentaire sous forme de CH4 a aussi diminué lorsque le 3-nitrooxypropanol était ajouté à la ration (p < 0,001). La proportion molaire d’acétate a diminué (p < 0,001), tandis que la proportion de propionate a augmenté (p < 0,001) avec l’augmentation de la dose de 3-nitrooxypropanol, ce qui a entraîné une diminution du rapport acétate-propionate (p < 0,001). L’ajout de 3-nitrooxypropanol n’a pas influé sur le nombre total de copies du gène de l’ARN ribosomique (ARNr) de la sous-unité 16S des bactéries méthanogènes ni sur le nombre total de copies du gène de l’ARNr de la sous-unité 18S des protozoaires du contenu ruminal (p ≥ 0,31). La substance n’a pas eu d’effet non plus sur la digestibilité de la matière sèche (p = 0,1) dans l’ensemble du tube digestif. L’utilisation de 3-nitrooxypropanol à raison de 4,5 mg/kg chez les bovins de boucherie recevant une ration de semi-finition s’est révélée efficace pour réduire les émissions de CH4 entérique sans nuire à la digestibilité de la ration.

Date de modification :