Using a fibrolytic enzyme in barley-based diets containing wheat dried distillers grains with solubles: Ruminal fermentation, digestibility, and growth performance of feedlot steers.

He, Z.X., He, M.L., Walker, N.D., McAllister, T.A., et Yang, W.-Z. (2014). « Using a fibrolytic enzyme in barley-based diets containing wheat dried distillers grains with solubles: Ruminal fermentation, digestibility, and growth performance of feedlot steers. », Journal of Animal Science, 92(9), p. 3978-3987. doi : 10.2527/jas.2014-7707  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Nous avons procédé à deux expériences pour évaluer les effets de l’ajout d’enzymes fibrolytiques exogènes (EFE) sur le pH et la fermentation dans le rumen, la digestibilité des éléments nutritifs et la performance de croissance chez des bovins de boucherie recevant une ration de finition contenant des drêches sèches de blé avec solubles (DSS). Dans l’expérience 1, nous avons utilisé quatre génisses Angus pourvues d’une canule ruminale (poids moyen 807 ± 93,9 kg) suivant un plan en carré latin répété 4 × 4. Les traitements étaient les suivants : 1) témoin (TÉM; concentré à base d’ensilage (10 %) et de grain d’orge (90 %); 2) ration TÉM dans laquelle 30 % du grain d’orge a été remplacé par des DSS de blé; 3) ration DSS de blé enrichie d’une faible quantité d’EFE (DSSF; et 4) ration DSS de blé enrichie d’une quantité élevée d’EFE (DSSE). Chez les génisses qui ont reçu les DSS, la digestibilité de MS dans l’ensemble du tube digestif était moins élevée (p = 0,01) que chez celles qui avaient reçu la ration témoin. L’accroissement linéaire de la quantité d’EFE a entraîné une augmentation (p < 0,05) de la digestibilité de l’amidon sans nuire à celle des autres éléments nutritifs. L’ajout d’EFE a également provoqué une diminution (p = 0,03) de la concentration d’azote ammoniacal dans le rumen (NH3–N) sans influer sur la concentration des acides gras volatils. De plus, l’ajout d’EFE aux DSS de blé a donné lieu à une augmentation linéaire de la disparition in situ de la MS (p < 0,01) et des NDF (p = 0,02) après 48 h d’incubation dans le rumen. Dans l’expérience 2, 160 bouvillons d’un an (poids initial = 495 ± 37,9 kg) ont reçu les mêmes rations que celles données dans l’expérience 1. Aucune différence dans les éléments suivants n’a été observée selon les rations : consommation de matière sèche (CMS), poids corporel final, gain pondéral quotidien moyen, énergie alimentaire nette nécessaire au gain de poids et caractéristiques de la carcasse. Chez les bouvillons qui avaient reçu les DSS de blé, le rapport gain pondéral/consommation alimentaire était toutefois moindre (p < 0,05), alors que le nombre de foies présentant des abcès était plus élevé (p < 0,01) que chez les bouvillons recevant la ration témoin. Même si l’augmentation de la quantité d’EFE dans les rations contenant des DSS de blé n’a pas influé sur la CMS, le poids corporel final ou le gain pondéral quotidien moyen, elle a eu tendance (p < 0,09) à accroître de façon linéaire l’indice de consommation et elle a entraîné une diminution (p = 0,03) du nombre de foies présentant des abcès. Ces résultats font ressortir les effets défavorables de l’inclusion de DSS de blé dans les rations de finition sur la digestion des aliments, l’indice de consommation et la santé des animaux. L’utilisation d’EFE dans des rations à base de DSS de blé a pu améliorer la digestion de l’amidon et le métabolisme des protéines dans le rumen, ainsi que l’indice de consommation et la santé des animaux.

Date de modification :