Inactivation and potential reactivation of pathogenic Escherichia coli O157: H7 in apple juice following ultraviolet light exposure at three monochromatic wavelengths.

Yin, F.G., Zhu, Y., Koutchma, T., et Gong, J. (2015). « Inactivation and potential reactivation of pathogenic Escherichia coli O157: H7 in apple juice following ultraviolet light exposure at three monochromatic wavelengths. », Food Microbiology, 46, p. 329-335. doi : 10.1016/j.fm.2014.08.015  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

L’irradiation aux rayons ultraviolets (UV) à une longueur d’onde de 254 nm est une nouvelle méthode non thermique qui permet la destruction des bactéries pathogènes d’origine alimentaire. Toutefois, la faible pénétration du rayonnement UV à 254 nm dans le jus de pommes a donné lieu à une plus forte dose de consommation d’UV durant la décontamination du jus de pommes. De plus, il n’existe aucune étude sur la réactivation des pathogènes dans les boissons après l’exposition aux rayons UV. Deux nouvelles sources de rayonnement UV monochromatique (λ = 222 et 282 nm) ont été mises au point aux fins de destruction des bactéries. Toutefois, l’inactivation de l’agent pathogène Escherichia coli O157:H7 après l’exposition à ces longueurs d’onde UV demeure incertaine. Par conséquent, nous avons mené la présente étude afin de déterminer le potentiel d’inactivation et de réactivation de la bactérie pathogène E. coli O157:H7 dans le jus de pommes après l’exposition aux rayons UV à trois longueurs d’onde monochromatiques : UV lointains (λ = 222 nm), UV lointains+ (λ = 282 nm) et rayons UVC (λ = 254 nm). Les résultats ont montré qu’E. coli O157:H7 résiste à l’acide, et jusqu’à 99,50 % des cellules ont survécu dans le jus de pommes lorsque celui-ci a été incubé à 20 °C pendant 24 h. L’inactivation d’E. coli O157:H7 après l’exposition aux rayons UV lointains (réduction logarithmique de 2,81) a mieux réussi (P < 0,05) que l’inactivation au moyen des rayons UVC (réduction logarithmique de 1,95) et des rayons UV lointains+ (réduction logarithmique de 1,83) aux mêmes niveaux de fluence des UV de 75 mJ/cm2. Nous n’avons observé aucune réactivation potentielle d’E. coli O157:H7 durant les phases d’incubation à l’obscurité après l’exposition aux rayons UV, comme il a été déterminé par la méthode habituelle de dénombrement sur gélose. De plus, l’exposition aux rayons UV lointains à 222 nm suivie d’une incubation à 37 °C a considérablement réduit (P < 0,05) la survie d’ E. coli O157:H7 durant la phase d’incubation à l’obscurité comparativement aux résultats obtenus avec les rayons UVC et les rayons UV+ .

Date de modification :