Genetically-modified herbicide-resistant (GMHR) crops a two-edged sword? An Americas perspective on development and effect on weed management.

Beckie, H.J. et Hall, L.M. (2014). « Genetically-modified herbicide-resistant (GMHR) crops a two-edged sword? An Americas perspective on development and effect on weed management. », Crop Protection, 66, p. 40-45. doi : 10.1016/j.cropro.2014.08.014  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Les plantes génétiquement modifiées résistantes aux herbicides sont cultivées en Amérique du Nord et du Sud depuis près de 20 ans. Avant d’autoriser leur utilisation, les organismes de réglementation se sont demandé si la pression de sélection liée à l’utilisation des herbicides, qui favorise l’apparition de mauvaises herbes résistantes, augmenterait de manière notable avec la culture de plantes génétiquement modifiées résistantes aux herbicides. En rétrospective, les organismes de réglementation n’auraient pas pu imaginer l’adoption rapide, à grande échelle, des cultures résistantes au glyphosate et tout ce qui s’en est suivi : montée en flèche de l’utilisation du glyphosate au détriment des autres herbicides, chute marquée des investissements dans la recherche sur les herbicides, augmentation constante des populations de mauvaises herbes résistantes au glyphosate et à plusieurs autres herbicides et hausse de l’utilisation d’herbicides dans les cultures de plantes génétiquement modifiées résistantes aux herbicides. Dans le présent article, nous donnons un bref aperçu des cultures de soja, de maïs, de coton et de colza oléagineux (canola) génétiquement modifiés et résistants aux herbicides que l’on trouve en Amérique et de leur incidence sur les pratiques en matière d’utilisation d’herbicides. Les cultivars comportant un empilement de gènes de résistance aux herbicides (p. ex., glyphosate + glufosinate + dicamba ou 2,4-D) offrent un répit à court terme contre les mauvaises herbes, mais perpétuent le recours aux produits chimiques et favorisent la sélection de mauvaises herbes multirésistantes. La seule solution viable pour le gouvernement ou les utilisateurs finaux est d’établir des objectifs de réduction de l’utilisation d’herbicides dans les grandes cultures, comme l’ont fait les pays membres de l’Union européenne, et d’intégrer des mesures incitatives ou des pénalités à l’appui de ces objectifs, dans le cadre des programmes agricoles. Simultanément, il faudrait étendre la portée des mesures incitatives de l’industrie pour favoriser l’adoption par les producteurs de pratiques d’exploitation optimales en matière de mauvaises herbes résistantes aux herbicides. Les nouvelles technologies fourniront des outils supplémentaires de lutte réactive contre ces mauvaises herbes. Le moment où ces outils seront offerts n’est toutefois pas connu.

Date de modification :