Baseline sensitivity and the population shifts of Didymella rabiei in chickpea to the QoI fungicide pyraclostrobin in Alberta, Canada.

Ahmed, H.U., Chang, K.F., Hwang, S.F., Gossen, B.D., Strelkov, S.E., et Turnbull, G.D. (2014). « Baseline sensitivity and the population shifts of Didymella rabiei in chickpea to the QoI fungicide pyraclostrobin in Alberta, Canada. », Journal of Plant Diseases and Protection, 121(4), p. 164-170.

Résumé

L’ascochytose, causée par le Didymella rabiei, est un des principaux facteurs limitant la production de pois chiche dans le monde. Dans l’Ouest canadien, des applications répétées de pyraclostrobine, fongicide de la famille des strobilurines, sont réalisées contre cette maladie. Nous avons évalué la sensibilité à la pyraclostrobine d’une population de référence d’isolats de D. rabiei prélevés en Saskatchewan de 1997 à 2000. D’après la croissance des colonies, la CE50 moyenne obtenue pour les isolats de référence était de 1,0 μg ml-1. Un seul des 122 isolats récoltés en Alberta en 2007 était sensible à la CE50 de référence de la pyraclostrobine. La CE50 moyenne pour les neuf isolats récoltés en Alberta en 2007 était de 90,0 μg ml-1. D’après cette CE50, 60 % des 91 isolats récoltés en 2007 étaient insensibles à la pyraclostrobine, alors que 40 % y étaient sensibles; en comparaison, 81,5 % des isolats récoltés en 2013 étaient insensibles à la pyraclostrobine, alors que 18,5 % y étaient sensibles. Selon la méthode de germination des spores, la CE50 moyenne était de 1,9 μg ml-1 pour les sept isolats récoltés en 2007. Une analyse des données a montré que la CE50 moyenne obtenue pour les isolats récoltés en 2007 était 90 fois aussi élevée que celle obtenue pour les isolats de référence, ce qui laisse croire que la population de D. rabiei a subi un changement de structure et a acquis une plus grande insensibilité à la pyraclostrobine dans l’Ouest canadien.

Date de modification :