Polyploid evolution of the Brassicaceae during the Cenozoic era.

Kagale, S., Robinson, S.J., Nixon, J.H., Xiao, R., Huebert, T., Condie, J., Kessler, D., Clarke, W.E., Edger, P.P., Links, M.G., Sharpe, A.G., et Parkin, I.A.P. (2014). « Polyploid evolution of the Brassicaceae during the Cenozoic era. », Plant Cell, 26(7), p. 2777-2791. doi : 10.1105/tpc.114.126391  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

La famille des Brassicacées (Crucifères), en raison de sa remarquable diversité spécifique, génétique et physiologique et de son important potentiel économique, est devenue une famille modèle pour les études portant sur l’évolution et la polyploïdie. En nous fondant sur le pyroséquençage approfondi du transcriptome de divers taxons, nous avons résolu la phylogénie d’un sous-ensemble d’espèces de crucifères. Nous avons déterminé la fréquence, l’âge et la position phylogénétique des événements de polyploïdie et de séparation de lignées qui ont marqué l’évolution des Brassicacées. En plus des événements de paléo-polyploïdie bien connus α (il y a 47 millions d’années) et β (124 millions d’années), nous avons pu établir que plusieurs espèces avaient subi plus récemment (il y a environ 7 à 12 millions d’années) des multiplications de leur génome. Nous avons répertorié huit duplications pangénomiques, correspondant à au moins cinq événements distincts de néo/mésopolyploïdie. Même si la famille des Brassicacées s’est distinguée des autres eudicotylédones au début du Cénozoïque (il y a 60 millions d’années), une part importante de la diversification ne s’est produite qu’au Néogène (0 à 23 millions d’années). Fait remarquable, les principaux événements de divergence des espèces, de polyploïdie et de séparation des lignées survenus à grande échelle au cours de l’évolution des Brassicacées sont concentrés dans des périodes de transition caractérisées par une instabilité prolongée des conditions climatiques. Le synchronisme de la diversification des espèces de Brassicacées donne à penser que les événements de polyploïdie pourraient avoir favorisé la capacité d’adaptation et la tolérance aux changements importants des conditions du milieu, facilitant ainsi le rayonnement des espèces.

Date de modification :