Resistance to angular leafspot disease of strawberry: Influence of seedling age.

Jamieson, A.R., Hildebrand, P.D., Renderos, W.E., et Fillmore, S.A.E. (2014). « Resistance to angular leafspot disease of strawberry: Influence of seedling age. », Acta Horticulturae (ISHS), 1049, p. 187-191.

Résumé

La bactérie Xanthomonas fragariae (Xf) cause la tache anguleuse, maladie d’importance économique. Or, aucun fraisier cultivé (Fragaria ×ananassa) ne possède une résistance élevée à cette maladie. En 2002, le Fruit Laboratory du Beltsville Agricultural Research Center a introduit comme sources de résistance les génotypes octoploïdes ‘US 4808’ et ‘US 4809’, issus du F. virginiana. Nous avons effectué un rétrocroisement sur trois générations avec différents parents récurrents de l’espèce F. ×ananassa ainsi qu’un criblage pour la résistance avec des semis âgés de 12 semaines, au moyen d’une technique d’inoculation par pulvérisation, suivis d’une sélection fondée sur les caractères horticoles, en vue d’obtenir des génotypes à résistance améliorée. Nous avons observé un taux de résistance de 50 % chez des populations de semis matures n’ayant pas été soumises à une sélection visant la résistance au Xf, ce qui était beaucoup plus élevé que prévu. Nous avons donc mené des essais visant à déterminer si certains fraisiers étaient capables d’acquérir une résistance après l’âge de 12 semaines. Nous avons réalisé en serre sept croisements contrôlés, dont trois croisements génotype résistant (R) × génotype résistant, trois croisements génotype résistant × génotype sensible (S) et un croisement S × S. Le croisement S × S a été réalisé pour la production de semis sensibles permettant de vérifier l’efficacité de l’inoculation. Pour chaque croisement, nous avons inoculé l’agent de la maladie à des ensembles composés de 10 à 12 semis âgés de 12 ou 17 semaines, à raison de quatre répétitions par ensemble, puis avons évalué le taux de maladie 3 semaines après l’inoculation. Dans le cas des semis issus des croisements R × R, le taux moyen de maladie était de 1,19 % pour les ensembles traités à 12 semaines, alors qu’il était de 2,28 % pour les ensembles traités à 17 semaines. Dans le cas des semis issus des croisements R × S, le taux moyen de maladie était de 2,75 % pour les ensembles traités à 12 semaines, alors qu’il était de 3,56 % pour les ensembles traités à 17 semaines. L’analyse des données n’a révélé aucune différence significative entre les semis traités à 12 semaines et ceux traités à 17 semaines quant aux pourcentages de semis résistants ou sensibles. Ces résultats viennent infirmer notre hypothèse selon laquelle les plantes peuvent présenter à maturité une résistance qui n’était pas observable lorsqu’elles étaient à l’état de jeunes semis, mais viennent valider notre procédure de criblage des jeunes semis ayant atteint le stade de quatre ou cinq feuilles trifoliolées. Nous avons observé un rapport de ségrégation (résistant:sensible) d’environ 3:1 dans le cas des semis issus des croisements R × R et d’environ 1:1 dans le cas de ceux issus des croisements R × S, ce qui indique que la résistance présente une certaine dominance par rapport à la sensibilité.

Date de modification :