Life on the outside: Role of biofilms in environmental persistence of Shiga-toxin producing Escherichia coli.

Vogeleer, P., Tremblay, Y.D.N., Mafu, A.A., Jacques, M., et Harel, J. (2014). « Life on the outside: Role of biofilms in environmental persistence of Shiga-toxin producing Escherichia coli. », Frontiers in Microbiology, 5(July: Article number Article 317). doi : 10.3389/fmicb.2014.00317  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Escherichia coli est une espèce hétérogène qui peut faire partie de la flore normale des humains, mais qui compte aussi des souches d’importance médicale. Chez les membres pathogènes, les espèces d’E. coli shigatoxinogènes (STEC) sont parmi les souches d’E. coli pathogènes les plus importantes dans la sphère publique. Les éclosions de maladies causées par des STEC sont généralement associées à du bœuf contaminé, de l’eau contaminée et des fruits et légumes frais contaminés. Ces agents pathogènes d’origine hydrique et alimentaire colonisent habituellement les bovins de façon asymptomatique; les vaches excrètent des STEC dans leurs matières fécales et la contamination fécale de l’environnement et des usines de transformation qui s’ensuit est un problème majeur pour la salubrité des aliments et la sécurité du public. Cette contamination est particulièrement sérieuse, car les STEC peuvent survivre longtemps en dehors de leur hôte dans des environnements comme l’eau, les fruits et légumes frais et le sol des fermes. Il semble que les biofilms soient importants pour la survie dans l’environnement, surtout sur les fruits et légumes frais, dans les cours d’eau et les usines de transformation. Plusieurs facteurs intervenant dans la formation des biofilms, tels que les curli, la cellulose, la poly‑N‑acétylglucosamine et l’acide colanique, jouent un rôle dans la colonisation des végétaux et l’adhérence à diverses surfaces que l’on trouve souvent dans les établissements de transformation de la viande. Dans les usines de transformation alimentaire, la contamination des carcasses de bœuf se produit à différents stades de la transformation et est souvent causée par les biofilms de STEC qui se sont formés sur la surface de plusieurs pièces d’équipement associé à l’abattage et à la transformation. Les biofilms protègent les bactéries contre différentes menaces, dont les biocides utilisés dans les procédés industriels. Les biofilms de STEC sont moins sensibles que les cellules planctoniques à plusieurs désinfectants chimiques tels que les composés d’ammonium quaternaire, l’acide peroxyacétique et les composés chlorés. Une résistance accrue aux désinfectants exercée par les STEC se multipliant dans un biofilm serait vraisemblablement une source de contamination dans l’usine de transformation. Le présent article porte essentiellement sur le rôle de la formation des biofilms par les STEC comme moyens de persistance en dehors de l’animal hôte et sur les facteurs associés à la formation des biofilms.

Date de modification :