Fluke abundance versus host age for an invasive trematode (Dicrocoelium dendriticum) of sympatric elk and beef cattle in southeastern Alberta, Canada.

Beck, M.A., Goater, C.P., Colwell, D.D., et van Paridon, B.J. (2014). « Fluke abundance versus host age for an invasive trematode (Dicrocoelium dendriticum) of sympatric elk and beef cattle in southeastern Alberta, Canada. », International Journal for Parasitology, 3(3), p. 263-268. doi : 10.1016/j.ijppaw.2014.08.003  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

On peut évaluer indirectement les paramètres épidémiologiques tels que la vitesse de transmission, le taux de mortalité de l’hôte provoquée par le parasite et la vitesse d’apparition des défenses de l’hôte en caractérisant la manière dont la charge parasitaire évolue avec l’âge de l’hôte. Pour les parasites généralistes, l’estimation de ces importants paramètres pourrait dépendre de l’espèce hôte. Dans le cadre d’une étude transversale, nous avons déterminé les profils âge-abondance de l’infection à l’aide d’échantillons prélevés chez des wapitis en liberté et des bovins domestiques sympatriques infectés par Dicrocoelium dendriticum, la petite douve du foie. Ce parasite a été introduit au milieu des années 1990 dans le parc provincial Cypress Hills situé dans le sud-est de l’Alberta, au Canada, et il est maintenant présent chez 60 à 90 % des wapitis et des bovins de boucherie en copâturage examinés à la nécropsie. Les foies de 173 wapitis ont été obtenus de chasseurs durant les saisons de chasse de 1997 à 2011, et les foies de 35 bovins ont été achetés chez des éleveurs. Chez les wapitis, l’abondance médiane des vers a atteint son maximum à l’âge de 6‑24 mois (médiane = 72, plage = 0‑1006), puis elle a significativement diminué pour atteindre des valeurs < 10 vers/hôte chez les wapitis de 10‑16 ans. La baisse de la charge en douves survenue avec l’âge ne correspond pas à une baisse de l’exposition aux métacercaires reliée à l’âge chez les hôtes intermédiaires, et des taux élevés de mortalité de l’hôte provoquée par la douve sont peu probables. La tendance selon laquelle la charge en douves est à son maximum chez les nouveau-nés des wapitis et les jeunes wapitis, et qu’elle est suivie d’une baisse chez les animaux plus âgés correspond plutôt à l’apparition d’une réponse immunitaire protectrice chez les hôtes plus âgés. Nous n’avons observé aucune tendance à l’accumulation des vers ni de baisse de leur nombre chez les bovins sympatriques, même si la puissance statistique relative à la détection d’un effet significatif était faible. Ces résultats mettent en évidence la complexité et la dépendance au milieu des processus épidémiologiques dans les systèmes multihôtes.

Date de modification :