Incidence, prevalence, severity, and risk factors for ruminal acidosis in feedlot steers during backgrounding, diet transition, and finishing.

Castillo-Lopez, E., Wiese, B.I., Hendrick, S., McKinnon, J.J., McAllister, T.A., Beauchemin, K.A., et Penner, G.B. (2014). « Incidence, prevalence, severity, and risk factors for ruminal acidosis in feedlot steers during backgrounding, diet transition, and finishing. », Journal of Animal Science, 92(7), p. 3053-3063. doi : 10.2527/jas.2014-7599  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Cette étude visait à déterminer l’incidence, la prévalence, la gravité et les facteurs de risque de l’acidose ruminale chez les bouvillons des parcs d’engraissement durant la semi-finition, la transition entre le régime de semi-finition et le régime de finition, et la finition. Des bouvillons achetés d’un marché aux enchères local (n = 250; moyenne ± écart type; 330 ± 20,0 kg poids initial) ont été groupés au hasard dans huit enclos; 28 d’entre eux ont été pourvus d’une canule ruminale (248 ± 25,5 kg poids initial) et répartis à raison de 3 ou 4 bouvillons canulés par enclos, pour un total de 35 bouvillons par enclos. L’expérience menée sur 143 jours a été divisée en 4 phases : semi-finition (SF; jour 1 à 20); période de transition (TRAN; jour 21 à 40); première moitié de la période de finition (FIN1; jour 41 à 91) et deuxième moitié de la période de finition (FIN2; jour 92 à 143). La ration de SF contenait (% MS) de l’ensilage d’orge (45,7 %), du grain d’orge (41,6 %), du tourteau de canola (4,2 %) et un supplément granulé de vitamines et de minéraux (8,5 %). Pendant la période de transition jusqu’à la ration de finition, les bouvillons ont reçu quatre types de rations. La ration de finition comprenait (% MS) : ensilage d’orge (5 %), grain d’orge (80,9 %), tourteau de canola (4,9 %) et supplément granulé de vitamines et de minéraux (9,2 %). Les aliments ont été offerts aux animaux de manière à ce que 5 % soient refusés. Chez les bouvillons canulés, le pH du rumen a été enregistré aux 10 minutes tout au long de l’étude et les refus d’aliments ainsi que le poids corporel ont été mesurés toutes les deux semaines. Le pH ruminal moyen (p < 0,01) a été de 6,4, 6,3, 6,2 et 6,0 ± 0,01 durant la période de SF, TRAN, FIN1 et FIN2, respectivement. La durée pendant laquelle (p < 0,01) le pH était inférieur à 5,5 a été de 4,1, 12,1, 78,7 et 194 ± 9,4 min/jour durant la SF, la TRAN, la FIN1 et la FIN2, respectivement. Nous avons utilisé le seuil suivant pour diagnostiquer l’acidose ruminale : pH < 5,5 pendant au moins 180 min. L’incidence a été définie comme le nombre de fois où le pH a été inférieur à 5,5 pendant au moins 180 min durant la phase alimentaire en question, et la prévalence, comme le pourcentage de bouvillons touchés par l’acidose pendant la phase alimentaire. En moyenne, l’incidence (p < 0,01) d’acidose ruminale a été de 0,1, 0,3, 6,7 et 14,8 ± 0,97 épisodes durant la SF, la TRAN, la FIN1 et la FIN2, respectivement. Dans le même ordre, la prévalence (p < 0,01) a été de 0,7, 1,7, 15,4 et 37,8 ± 2,0 %. D’après l’analyse de régression multiple, les facteurs associés à la prévalence de l’acidose ruminale et à la durée pendant laquelle le pH était inférieur à 5,5 ont été la phase alimentaire (p < 0,01) et l’ingestion de MS (p < 0,01). Dans l’ensemble, c’est vers la fin de la phase de finition que l’incidence, la prévalence et la gravité de l’acidose ruminale ont été les plus importantes, et elles étaient associées au nombre de jours pendant lesquels la ration avait été administrée ainsi qu’à la quantité de matière sèche ingérée.

Date de modification :