Impact of severity of ruminal acidosis on feed-sorting behaviour of beef cattle.

DeVries, T.J., Schwaiger, T., Beauchemin, K.A., et Penner, G.B. (2014). « Impact of severity of ruminal acidosis on feed-sorting behaviour of beef cattle. », Animal Production Science, 54(9), p. 1238-1242. doi : 10.1071/AN14227  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans cette étude, nous avons examiné comment la gravité d’un épisode induit d’acidose ruminale aiguë change le choix des aliments consommés par l’animal malade. Seize génisses Angus (261 ± 6,1 kg; poids corporel ± erreur type) ont été adaptées à un régime à forte teneur en grains (9 % fourrage) avant la provocation d’une acidose ruminale. Pour induire celle-ci, nous avons limité la consommation alimentaire à 50 % de la prise de matière sèche (en proportion du poids corporel) pendant 24 heures, après quoi de l’orge broyée à 10 % de la matière sèche ingérée (en proportion du poids corporel) a été administrée par perfusion dans le rumen. Pendant les huit jours précédant la provocation, nous avons surveillé le pH du rumen et le tri des aliments fait par les animaux (base), puis le jour de la provocation. Les données sur le pH ruminal (durée [min}) et l’aire au-dessus de la courbe (min × pH) du pH < 5,5 ont été enregistrées au moyen d’un dispositif à demeure. Pour étudier le tri des aliments, nous avons vérifié chaque jour les aliments qui restaient et en avons analysé la taille des particules. Le séparateur de particules comportait trois tamis (mailles de 19, 8 et 1,18 mm) ainsi qu’un récipient pour recueillir les quatre fractions : particules longues, moyennes, courtes et fines. Pour caractériser le tri fait par les vaches, nous avons mesuré la consommation réelle de chaque fraction granulométrique que nous avons exprimée en pourcentage de la consommation prévue de la fraction en question. Pendant la période de base ainsi que le jour de la provocation, les génisses ont choisi les particules longues, moyennes et courtes en évitant les plus fines. Pendant la période de base, le pH du rumen était < 5,5 pendant 489 ± 73 min/jour, pour une aire de 154 ± 29 (pH × min)/jour. Le jour de la provocation, la durée pendant laquelle le pH était inférieur à 5,5 s’est prolongée à 1020 ± 75 min/jour, pour une aire de 631 ± 102 (pH × min)/jour. L’importance de la prolongation de la durée pendant laquelle le pH était inférieur à 5,5 était associée à un tri accru en faveur des particules les plus longues et des particules de longueur moyenne. L’importance du changement dans l’aire du pH < 5,5 était associée à l’importance de l’augmentation du tri en faveur des particules les plus longues aux dépens des plus fines. Dans l’ensemble, les résultats montrent que les bovins chez lesquels l’acidose était plus aiguë ont compensé, du moins partiellement, en triant plus leurs aliments de manière à consommer une plus grande proportion de particules fibreuses longues.

Date de modification :