Intraspecific variation in female sex pheromone of the codling moth Cydia pomonella.

Duménil, C., Judd, G.J.R., Bosch, D., Baldessari, M., Gemeno, C., et Groot, A.T. (2014). « Intraspecific variation in female sex pheromone of the codling moth Cydia pomonella. », Insects, 5(4), p. 705-721. doi : 10.3390/insects5040705  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le carpocapse de la pomme (Cydia pomonella L.) (Lepidoptera, Tortricidae) est un important ravageur des vergers de pommiers, de poiriers et de noyers à l’échelle mondiale. Pour lutter contre ce ravageur, on a souvent recours à une méthode de lutte biologique respectueuse de l’environnement appelée confusion sexuelle, qui repose sur l’utilisation de phéromone pour perturber l’accouplement. Cette stratégie exerce vraisemblablement une sélection sur le système de communication sexuelle du ravageur, les mâles et les femelles s’acharnant à trouver un partenaire pour s’accoupler. Étonnamment, on sait très peu de choses sur la variation intraspécifique de la communication sexuelle chez cette espèce. Nous avons tenté de déterminer le degré de variation individuelle associée à la composition de la phéromone sexuelle émise par les femelles et de vérifier si un lien peut être établi entre la variation observée entre des populations différentes et l’utilisation de la stratégie de perturbation de l’accouplement contre ces populations. Une comparaison des glandes à phéromone extraites d’un certain nombre de femelles issues d’une colonie élevée en laboratoire au Canada et de femelles provenant de populations établies dans des vergers de pommiers en Espagne et en Italie a révélé l’existence de différences significatives entre ces populations et au sein même de ces populations. En comparant la composition de la phéromone sexuelle chez des femelles exposées à un traitement de perturbation de l’accouplement et des femelles non exposées à un tel traitement, nous avons relevé des différences significatives dans les concentrations de deux composantes mineures de la phéromone. De façon globale, la variation intraspécifique observée indique que le signal sexuel émis par les femelles peut être modifié lorsque la pression de sélection est élevée, comme en cas d’utilisation continue de la stratégie de perturbation d’accouplement.

Date de modification :