Early allopolyploid evolution in the post-neolithic Brassica napus oilseed genome.

Chalhoub, B.A., Denoeud, F., Liu, S.Y., Parkin, I.A.P., Tang, H., Wang, X.Y., Chiquet, J., Belcram, H., Tong, C., Samans, B., Corréa, M., Da Silva, C., Just, J., Falentin, C., Koh, C.S., Le Clainche, I., Bernard, M., Bento, P., Noel, B., Labadie, K., Alberti, A., Charles, M., Arnaud, D., Guo, H., Daviaud, C., Alamery, S., Jabbari, K., Zhao, M., Edger, P.P., Chelaifa, H., Tack, D., Lassalle, G., Mestiri, I., Schnel, N., Le Paslier, M.-C., Fan, G., Renault, V., Bayer, P.E., Golicz, A.A., Manoli, S., Lee, T.-H., Thi, V.H.D., Chalabi, S., Hu, Q., Fan, C., Tollenaere, R., Lu, Y., Battail, C., Shen, J., Sidebottom, C., Wang, X., Canaguier, A., Chauveau, A., Bérard, A., Deniot, G., Guan, M., Liu, Z., Sun, F., Lim, Y.P., Town, C.D., Bancroft, I., Lyons, E., et les autres (2014). « Early allopolyploid evolution in the post-neolithic Brassica napus oilseed genome. », Science, 345(6199), p. 950-953. doi : 10.1126/science.1253435  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le colza oléagineux (Brassica napus L.) est apparu il y a environ 7 500 ans par suite d’une hybridation entre le (B. rapa et le (B. oleracea, puis d’un dédoublement des chromosomes, selon un processus appelé allopolyploïdisation. Résultat de ce processus et de cycles de polyploïdisation antérieurs, le colza a accumulé 72 génomes ainsi qu’un grand nombre de gènes depuis l’origine des angiospermes. Nous avons examiné le génome du B. napus et les conséquences de sa récente duplication. Il se produit des interactions subtiles sur le plan structurel, fonctionnel et épigénétique ainsi que de nombreux échanges homéologues entre les sous-génomes constitutifs An et Cn. L’espèce connaît actuellement un début de perte de gènes et de divergence d’expression des gènes. La sélection de certains types de B. napus a accéléré la perte de gènes codant les glucosinolates, tout en préservant l’expansion de gènes associés à la biosynthèse de l’huile. Ces processus aident à comprendre l’évolution de l’allopolyploïdisation et sa relation avec la domestication des plantes et l’amélioration des cultures.

Date de modification :