Améliorer la prévision de la production de méthane et représentation de la fermentation dans le rumen chez les bovins de boucherie en phase de finition selon un modèle mécaniste.

Ellis, J.L., Dijkstra, J., Bannink, A., Kebreab, E., Archibeque, S., Benchaar, C., Beauchemin, K.A., Nkrumah, J.D., et France, J. (2014). « Améliorer la prévision de la production de méthane et représentation de la fermentation dans le rumen chez les bovins de boucherie en phase de finition selon un modèle mécaniste. », Canadian Journal of Animal Science, 94(3), p. 509-524. doi : 10.4141/cjas2013-192  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Le but de cette étude était d’évaluer la prévision des émissions de méthane chez les bovins de boucherie en phase de finition au moyen d’un modèle mécaniste existant avec stoechiométries d’acides gras volatils dépendantes ou non du pH, un ajustement stoechiométrique récent pour l’ajout du monensin alimentaire, ainsi que l’adaptation de la structure de base du modèle, pour voir s’il est possible d’améliorer les prévisions chez les bovins de boucherie. La base de données utilisée pour l’évaluation indépendante des prévisions de méthane comprenait les moyennes de 74 animaux provenant de 6 études. Pour les stoechiométries « Bannink », la stoechiométrie dépendant du pH a amélioré la statistique RMSPE (38,8 à 36,6 %), mais la statistique CCC a été réduite (0,509 à 0,469). L’inclusion du monensin dans la stoechiométrie améliore les prévisions, qu’elles soient indépendantes du pH ou non. Pour les stoechiométries « Murphy », la dépendance au pH fait régresser la statistique RMSPE (31,2 à 33,7 %) en plus de la statistique CCC (0,611 à 0,465). L’inclusion du monensin dans la stoechiométrie améliore les prévisions dans la stoechiométrie indépendante du pH, mais non celle dépendante du pH. Les résultats indiquent que bien que des améliorations ont été apportées au modèle mécaniste, davantage d’améliorations dans la représentation de la stoechiométrie des acides gras volatils et probablement dans la représentation et la prévision du pH et de la digestibilité de la NDF sont nécessaires pour une prévision plus précise des émissions de méthane chez les bovins de boucherie en phase de finition. Par contre, l’inclusion d’un rajustement pour l’alimentation avec supplément de monensin offre généralement de meilleures prévisions des niveaux de méthane.

Date de modification :