Milk production and composition, and body measurements of dairy cows receiving intramuscular injections of folic acid and vitamin B-12 in commercial dairy herds.

Duplessis, M., Girard, C.L., Santschi, D.E., Lefebvre, D.M., et Pellerin, D. (2014). « Milk production and composition, and body measurements of dairy cows receiving intramuscular injections of folic acid and vitamin B-12 in commercial dairy herds. », Livestock Science, 167(1), p. 186-194. doi : 10.1016/j.livsci.2014.06.022  Accès au texte intégral (en anglais seulement)

Résumé

Dans la présente étude, nous voulions mesurer, chez les vaches laitières de troupeaux commerciaux, les effets d’un complément d’acide folique et de vitamine B12, donné avant le vêlage et au début de la lactation, sur la production laitière et les composantes du lait dans les 60 premiers jours de lactation ainsi qu’en 305 jours de lactation, et sur les indicateurs du bilan énergétique. En tout, nous avons étudié 805 vaches laitières (271 primipares et 534 multipares) de 15 troupeaux laitiers commerciaux. De février à décembre 2010, tous les deux mois et dans chaque troupeau, nous avons réparti les vaches selon le degré de vêlage, la production de lait prévue sur 305 jours de lactation et l’intervalle de vêlage pour leur donner chaque semaine, par injection intramusculaire, 5 mL de 1) solution saline à 0,9 % de NaCl (groupe témoin) ou 2) 320 mg d’acide folique et 10 mg de vitamine B12 (groupe expérimental). Les traitements ont commencé 21 j (± 8) avant la date du vêlage prévue et se sont poursuivis jusqu’au jour 60 (± 4) de lactation. Pour les 60 premiers jours de lactation, le rendement moyen en lait a été de 35,0 kg/j et il n’a pas été influencé par le traitement. En moyenne, la teneur en matières grasses du lait a présenté une diminution au début de la lactation chez les vaches du groupe expérimental par comparaison à celles du groupe témoin, passant de 40,3 à 42,1 g/kg, tandis que la teneur en protéines du lait a été augmentée par le complément de vitamines, passant de 30,9 à 31,5 g/kg. Les concentrations de lactose et d’azote uréique du lait n’ont pas été modifiées par le traitement. Nous n’avons observé aucun effet du traitement sur le rendement en protéines et en lait sur 305 jours. Le complément de vitamines a réduit le rendement en matières grasses du lait sur 305 jours chez les vaches primipares comparativement aux vaches témoins, tandis que le traitement a été sans effet chez les vaches multipares. À titre d’indicateur du bilan énergétique, le rapport matières grasses sur protéines a été diminué de 0,06 et les baisses de la note de l’état de chair après le vêlage ont eu tendance à être plus faibles chez les vaches du groupe expérimental que chez les vaches du groupe témoin. La baisse du rapport matières grasses sur protéines par le complément de vitamines a été plus importante chez les vaches primipares que chez les multipares. Les vaches du groupe expérimental ont présenté une perte pondérale moindre (estimée d’après le tour de poitrine) durant les 60 premiers jours de lactation que les vaches témoins. Des pertes pondérales estimées de 22,8 et 30,3 kg ont été enregistrées chez les vaches ayant reçu les vitamines et les vaches témoins, respectivement. La réduction observée de la perte pondérale estimée, combinée à la réduction du rapport matières grasses sur protéines sans effet sur le rendement en lait, porte à croire que le complément d’acide folique et de vitamine B12 pourrait influer sur la répartition de l’énergie au début de la lactation.

Date de modification :